Vandenbroucke se retire des négociations

Le sénateur socialiste flamand regrette la controverse suscitée par l’un de ses courriels qui a fait l’objet d’une fuite et souhaite ne pas rendre plus difficile encore la position de son parti, auquel appartient le conciliateur royal Johan Vande Lanotte. Frank Vandenbroucke a donc annoncé ce mercredi matin qu’il se retirait des négociations sur une réforme de la loi de financement.

Depuis quelques jours, la tension a remonté à la table des négociations sur une réforme de la loi de financement, auxquelles prennent part depuis plusieurs mois les partis flamands N-VA, CD&V, SP.A, Groen !, et francophones Ecolo, CDH et PS. En cause, la fuite d’un courriel confidentiel rédigé par le sénateur SP.A Frank Vandenbroucke - une fuite dont faisait écho mardi le quotidien De Morgen.

Dans ce courriel, qui est arrivé par des voies indirectes entre les mains de la N-VA, Vandenbroucke faisait état des qualités et des faiblesses du modèle de révision de la loi de financement proposé par le CDH. Cet e-mail avait apparemment été rédigé bien avant que les autres partis aient été mis au courant du contenu de ce modèle. Vandenbroucke évoquait aussi les arguments que la N-VA ne manquerait pas de développer pour critiquer cette proposition.

Le parti nationaliste flamand s’est dit choqué, et affirme que la confiance entre la N-VA et le SP.A est une nouvelle fois endommagée. Ce mercredi matin, Frank Vandenbroucke a annoncé qu’il se retirait de la table des négociations sur la réforme de la loi de financement. La présidente du SP .A, Caroline Gennez, devra lui trouver un ou une remplaçant(e).

"En raison de toute la controverse qui s’est développée, j’ai décidé de me retirer des négociations", annonçait le sénateur SP.A. "Je ne veux pas que la discussion à propos d’un courriel trouble l’ambiance des négociations et rende la discussion impossible. Les négociations doivent se poursuivre et je ne veux pas être dans leur chemin".

Vande Lanotte rencontre les partis flamands

Reste maintenant à voir si le geste de Frank Vandenbroucke permettra de restaurer la confiance entre les partis négociateurs. Depuis 10h00, ce mercredi, le médiateur royal Johan Vande Lanotte (SP.A, photo) s’est réuni avec les présidents des partis flamands, sans leurs délégations.

L’objectif de la journée est de voir comment la N-VA va réagir à la proposition de révision de la loi de financement et aux erreurs de communication de Frank Vandenbroucke. Johan Vande Lanotte devrait exercer une pression accrue pour mettre les partis négociateurs flamands sur la même longueur d’ondes.

La discussion tourne notamment autour de la technique qui sera utilisée pour donner une autonomie fiscale aux Régions. Entretemps, le médiateur a adapté sa proposition aux exigences de la N-VA et du CD&V. L’objectif est que les Régions puissent aussi profiter d’une part - proportionnelle - de la hausse des impôts. La N-VA dispose de sa propre proposition.

Si Vande Lanotte parvient à faire accepter un point de vue commun aux partis négociateurs flamands, il présentera ces prochains jours sa proposition aux partis négociateurs francophones.