Accord belgo-américain sur les données ADN

La Belgique a conclu un accord avec les Etats-Unis sur l'échange d'empreintes digitales et de données ADN, a annoncé la ministre de l'Intérieur Annemie Turtelboom à Washington. Cet accord est intervenu en marge du sommet euro-américain qui se tient à Washington.

L'accord a été très difficile à atteindre. La commission de la vie privée belge avait notamment émis de nombreuses réserves. Mais, des garanties suffisantes auraient été faites concernant l'usage des données.

Grâce à cet accord, les services de police devraient disposer d'un outil important pour lutter contre la criminalité aggravée. "C’est une collaboration très opérationnelle", souligne Annemie Turtelboom. "On pourra désormais vérifier si l’ADN ou les empruntes digitales d’une certaine personne se trouvent déjà dans une banque de données. Cela peut vraiment aider à résoudre de lourds dossiers en Belgique", ajoute la ministre de l’Intérieur.

L'accord porte aussi sur la lutte contre le terrorisme, a précisé la ministre. "L'accord permettra aussi de lutter contre la criminalité aggravée qui portent sur les deux continents", a-t-elle précisé.

L'accord sera signé dans le courant du mois de janvier en Belgique en présence de la ministre américain de la Sécurité intérieure Janet Napolitano.