"C'est un grand pas, mais il faut continuer"

Près de 200 pays rassemblés sous l’égide de l’ONU ont adopté hier à Cancun un texte déclinant une série de mécanismes pour lutter contre le changement climatique, dont un Fonds vert pour aider les pays en développement.

Cette issue positive dans la station balnéaire mexicaine à l'issue d'un rendez-vous aux objectifs par ailleurs modestes, permet d'abord de redonner des couleurs au processus de négociation onusien fortement ébranlé par l'immense déception née il y a un an du sommet de Copenhague.

L’accord de Cancun a été adopté à l’issue de 12 journées de négociations intenses, en dépit de l’opposition de la Bolivie, seul pays à s’être prononcé contre ce texte.

Le texte prévoit la création d'un Fonds vert pour aider les pays en développement à faire face au réchauffement et lance un mécanisme pour lutter contre la déforestation. Il permet également de laisser ouverte la question sensible de l’avenir du protocole de Kyoto, seul protocole juridiquement contraignant sur le climat existant à ce jour.

"Un nouveau pas dans la lutte contre le réchauffement"

"Nous avons travailler toute la nuit pour atteindre un accord, et nous avons réussi. Nous avons abouti à un nouveau pas dans la lutte contre le réchauffement de la planète", a déclaré la ministre flamande de l’Environnement Joke Schauvliege (photo).

Cette dernière a souligné que malgré l’absence d’une prolongation du protocole de Kyoto, les pays participants ont réussi à inscrire dans le marbre de nombreux points de l'accord politique de Copenhague, qui n'a jamais été adopté par la convention de l'ONU, et de le décliner de façon plus précise. Elle évoque ainsi notamment l'objectif de limiter la hausse de la température moyenne de la planète à 2°C au-dessus des niveaux pré-industriels.

"Je pense que c’est un grand pas en avant, mais nous devons bien-sûr continuer à travailler, notamment l’année prochaine en Afrique du Sud pour trouver un accord juridique global et obtenir une solution pour le protocole de Kyoto", a-t-elle encore souligné.

"Insuffisant face à la hauteur du défi climatique"

Dans un communiqué commun, les ONG environnementales belges ont annoncé être satisfaites de l’accord international de Cancun. Cependant, "l'ambition de la communauté internationale demeure insuffisante face à la hauteur du défi climatique".

Les ONG attendent un accord global encore plus fort pour la conférence sur le climat de Durban en Afrique du Sud fin 2011 tout en saluant la détermination de la présidence mexicaine.

L'Europe a permis des avancées sur plusieurs sujets mais "pour rester cohérente avec ses positions et mieux affirmer son leadership, elle devra augmenter son propre objectif de réduction des gaz à effet de serre d'ici 2020 de 20 à 30%", rappellent les ONG belges qui regrettent également l'absence d'accord sur la prolongation du protocole de Kyoto à cause des blocages du Japon et de la Russie.