"Le texte Vande Lanotte, une base de travail"

Les partis flamands réunis mardi soir par le conciliateur royal Johan Vande Lanotte ont accueilli positivement sa nouvelle proposition de réforme de la loi de financement qui combinerait la méthode du crédit d'impôt à l'instauration de taux séparés ("split rate"). Pour les partis francophones, le texte est une base de travail, mais il doit être amélioré.

Voici 185 jours que les élections législatives ont eu lieu et 54 jours que Johan Vande Lanotte a entamé sa fonction de conciliateur royal. Les disputes de ces derniers jours sur la notation internationale de la Belgique et sur l’interview donnée par le président de la N-VA Bart De Wever à l’hebdomadaire Der Spiegel semblent soudainement s’être dissipées.

Hier soir, les partis flamands ont accueilli favorablement la nouvelle proposition de réforme de la loi financière de Johan Vande Lanotte (photo). Celle-ci combine la méthode du crédit d’impôt approuvée par les francophones, à l’instauration de taux séparés, soutenu par les Flamands.

Il n'est toutefois pas question à ce stade de parler d'accord mais N-VA, CD&V, sp.a et Groen! se sont dits prêts à poursuivre l'examen de la proposition.

Le texte a été traduit et  soumis ce mercredi aux présidents des partis francophones associés à la négociation institutionnelle. A la sortie de la réunion avec Johan Vande Lanotte, les présidents du PS, du cdH et d'Ecolo ont fait peu de commentaires. Selon MM. Di Rupo et Javaux, il s'agit d'une base de travail mais qui doit être améliorée.

Selon lui, le conciliateur a considérablement débroussaillé le terrain et a tenu compte des éléments soulevés lors de précédentes discussions pour aboutir à un modèle "sui generis". "C'est un modèle Vande Lanotte, sui generis. En Belgique, il est normal d'avoir un compromis qui soit le mix de plusieurs solutions", a-t-il ajouté.

"Le plus important, c'est que l'on continue à travailler. Bien sûr, il y aura des amendements. Il y a des choses intéressantes et des choses à retravailler parce qu'elles ne conviennent pas à toutes les communautés", a dit pour sa part Jean-Michel Javaux.

La présidente du cdH, Joëlle Milquet, n'a pas rencontré les journalistes à l'issue de la réunion. Elle s'est rendue directement à la Chambre.

Jeudi à 10h, le conciliateur se rendra chez le Roi. Il entamera ensuite des entretiens bilatéraux avec les sept partis.