Interdiction de circulation des poids lourds sur les routes wallonnes

Les poids lourds de plus de 7,5 tonnes ne peuvent plus circuler sur les autoroutes et routes des provinces de Liège, Luxembourg et Namur jeudi depuis 14h30 et ce à cause des chutes de neige.

L'injonction, annoncée sur le site inforoutes.be, émane du ministre wallon des Travaux publics et de la Sécurité routière, Benoît Lutgen.

Le site précise encore que la mesure ne concerne pas les autobus et les autocars.

En début de soirée, une file de poids lourds de km de long s'était formée sur la bande d'arrêt d'urgence à hauteur de Wanlin, le long de la E411. Cette mesure vise à éviter le chaos sur les routes et permettre un meilleur accès aux camions de déneigement.

La fédération de transport routier Febetra juge la mesure disproportionnée. L'Union professionnelle du transport par route (UPTR) estime la mesure inacceptable.

"Le blocage des camions est inacceptable"

L'UPTR se dit "stupéfait" de n'avoir appris qu'à 11 heures ce jeudi la mesure du ministre Lutgen et qui entrera en vigueur dès 14H30. Elle qualifie cette mesure de "prise d'otages" des camionneurs. Elle souligne le coût de la décision, soit 55 euros par heure et par camion bloqué.

Pour l'UPTR, le risque était parfaitement prévisible et rien ne permet à ce stade de justifier une mesure à portée générale visant d'emblée trois provinces. Des mesures préventives locales avaient déjà été annoncées mercredi. L'UPTR n'avait alors pas bronché, fait-elle remarquer.

Pour l'organisation professionnelle, il n'est matériellement pas possible de contacter le jour même les chauffeurs routiers dans leur cabine, l'UPTR informant ses membres par fax. Si les chauffeurs belges pourront toujours être informés de la mesure par radio et se mettre sur le côté, l'UPTR regrette que les chauffeurs étrangers n'appliqueront pas cette mesure de manière similaire.

Pour l'avenir, l'UPTR réclame des mesures coordonnées par la police et appliquées localement en fonction de risques spécifiques et temporairement. Selon Michaël Reul, secrétaire général de l'UPTR, le ministre Lutgen est revenu sur sa promesse de mardi de ne prendre des mesures qu'au niveau local. "Et deux jours après, trois provinces sont bloquées". (belga)