La Belgique retrouve un pilote de Formule 1

Dix-sept ans après Philippe Adams (GP du Portugal 1994 sur Lotus), un Belge va prendre place sur la grille de départ d'un Grand Prix F1. En mars prochain à Bahrein, Jérôme D'Ambrosio pilotera la seconde Virgin et deviendra l'équipier de l'Allemand Timo Glock au sein d'une écurie affichant aussi les couleurs de Marussia, le constructeur russe d'automobiles de sport qui projette d'implanter une antenne à Spa-Francorchamps.

Pour en arriver là, notre jeune compatriote - il est né à Etterbeek le 27 décembre 1985 et fêtera donc ses 25 ans la semaine prochaine - a suivi une trajectoire assez classique.

Après avoir fait ses gammes en kart (victoires dans la Monaco Kart Cup junior 2000 et dans la World Cup Formula A 2002), il s'attaque à la compétition belge de Formula Renault 1.6 au sein du Thierry Boutsen Racing Team.

Couronné en 2003 avec 5 victoires en 14 courses, le citoyen de Grez-Doiceau dispute ensuite les championnats de France et d'Italie de Formula Renault 2.0 avant de passer par les Euroseries F3000 puis la Formula Master dont il décroche le titre en 2007 (5 succès).

Jérôme est mûr pour les GP2 Series qu'il va disputer à trois reprises au sein de la formation française DAMS, junior team de Renault F1. Souvent malchanceux, le sociétaire de la filière Gravity Sport Management s'impose certes dans la course 2 à Monaco mais ne parvient pas à jouer régulièrement les premiers rôles en GP2, au point qu'il est remplacé par le Français Romain Grosjean lors de l'étape allemande du championnat à Hockenheim.

Cette mise à l'écart agit comme un électrochoc pour Jérôme D'Ambrosio.

Devant son public à Spa-Francorchamps, il se montre agressif et conquérant, ne loupant la victoire qu'à cause d'une panne mécanique. Ses prestations de fin de saison lui offrent l'opportunité de piloter la Virgin-Ford F1 habituellement dévolue à Lucas Di Grassi lors des essais libres du vendredi avant quatre Grands Prix (Singapour, Japon, Corée et Brésil).

Notre compatriote y confirme son indéniable potentiel, au point que l'expérience est renouvelée à l'occasion des Rookies Tests d'Abu Dhabi. Au surlendemain du dernier Grand Prix de la saison, Jérôme pilote la Virgin avant de passer au volant de la Renault F1. Chaque fois, il remplit parfaitement la mission qui lui est dévolue par les ingénieurs et y ajoute une solide touche de panache en signant des chronos haut de gamme (notamment le 2e temps absolu sur la Renault, derrière l'Australien Daniel Ricciardo qui dispose de la Red Bull championne du monde). Ces prestations achèvent de convaincre le management de l'équipe Virgin Racing, devenue depuis Marussia Virgin Racing, qui confirme l'engagement du jeune Belge pour 2011.
(Belga)