Perquisitions de l’Opération Calice valables

La chambre des mises en accusation de Bruxelles a décidé, mercredi, que les perquisitions et saisies effectuées par le juge d'instruction Wim De Troy, le 24 juin dernier, dans le cadre de l'"Opération Calice", au palais archiépiscopal, à la cathédrale Saint Rombaut et au domicile privé du cardinal Godfried Danneels étaient valables.

Par contre, les perquisitions menées à la commission Adriaenssens, à Louvain, sont annulées. Tous les dossiers saisis doivent donc être restitués.

Satisfaction des victimes

"Nous sommes satisfaits de l'arrêt, car les pièces les plus importantes sont maintenues. C'est le plus important pour les victimes. Il s'agit d'un très grand nombre de documents qui doivent à présent être étudiés par le juge d'instruction, et dont il peut faire ce qu'il veut. L'enquête va désormais pouvoir se poursuivre, comme n'importe quelle enquête", a indiqué l'avocat Joachim Meese, qui défend les droits des victimes.

Dans ses arrêts des 13 août et 9 septembre derniers, la chambre des mises en accusation avait estimé que les perquisitions et saisies étaient illégales, et que tout le matériel saisi devait être restitué. La Cour de Cassation avait cassé les deux arrêts le 12 octobre, car la chambre des mises en accusation avait omis d'entendre les parties civiles