La Belgique passe le relais à la Hongrie

C’est la Hongrie qui assume dès ce 1er janvier la présidence tournante à l’Union européenne, pour la première fois depuis son adhésion en 2004. La présidence belge, louée pour son efficacité, a pris fin le 31 décembre à minuit.

La Hongrie du Premier ministre conservateur et nationaliste Viktor Orban (photo) a repris ce samedi - pour la première fois depuis son adhésion en 2004 - la présidence tournante de l’Union européenne. En juillet, elle passera elle-même le relais à la Pologne.

Le passage de témoin avec la Belgique est intervenu à un moment délicat, où Budapest est vivement critiquée pour sa réforme des médias, qualifiée par l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE) de « menace pour la liberté de la presse ». La Hongrie connait en outre une situation économique difficile.

Sous le slogan « une Europe forte », la présidence hongroise sera marquée par la crise de la dette en zone euro ainsi que le lancement de délicates négociations pour un budget pluriannuel de l’Union européenne, mais aussi l’intégration en Europe des Roms, qui représentent la plus importante minorité ethnique de l’UE avec environ 10 millions de personnes. Budapest souhaite en outre achever les négociations d’adhésion avec la Croatie.

La véritable « passation de pouvoir » entre la Belgique et la Hongrie se fera le 7 janvier. Les dirigeants belges et de la Commission européenne sont attendus dès le 6 janvier à Budapest.