Le CD&V met des conditions à la négociation

A l’issue du bureau des démocrates-chrétiens flamands, le président Wouter Beke (photo principale) a annoncé vers 18h00 que le CD&V était prêt à poursuivre les négociations à 7 partis, mais seulement après que le conciliateur Johan Vande Lanotte y ait apporté des adaptations "sur des points essentiels". Ecolo donne aussi son feu vert à la poursuite des négociations. En début de soirée, les réponses de la N-VA , du PS et du CDH se faisaient encore attendre.

Alors que les verts flamands avaient déjà annoncé mardi soir vouloir poursuivre les négociations institutionnelles à 7 partis sur base de la note globale du médiateur royal Johan Vande Lanotte, les socialistes flamands du SP.A indiquaient ce mercredi en début d’après-midi qu’ils soutenaient sans réserve le contenu de la note de leur collègue de parti.

Plus tard dans l’après-midi, c’était au tour des démocrates-chrétiens flamands de tenir leur bureau de parti, pour donner la réponse attendue par Johan Vande Lanotte pour ce mercredi encore. Avant le début du bureau de parti, plusieurs membres du CD&V avaient déclaré qu’il était recommandable de poursuivre les négociations sur base de la note du médiateur royal. Il y aurait cependant quelques objections sur des points de la note.

La déclaration officielle du président du CD&V, Wouter Beke, devant la presse arrivait vers 18h00. Il affirmait que son parti est prêt à poursuivre les négociations à sept partis, mais à condition que le conciliateur Johan Vande Lanotte adapte sa note « sur des points essentiels ».

« Il faut d’abord adapter la note avant de réunir les 7 partis, sinon nous allons nous engager dans un très long processus qui pourrait ne pas nous conduire à un succès. Or la réforme de l’Etat est trop importante pour courir ce risque », précisait Wouter Beke.

Le président du CD&V a encore souligné que d’autres partis demandent des adaptations de la note. Il a ajouté avoir eu des contacts avec les présidents d’autres partis, tant francophones que flamands. Il indique refuser de s’enfermer dans un calendrier.

Ecolo prêt à reprendre les négociations

Mercredi en début de soirée, les verts francophones se disaient également prêts à reprendre les négociations institutionnelles entre les 7 partis impliqués. « Dans ce cadre de négociations, il conviendra cependant de préciser, améliorer ou modifier certains points », indiquait le président d’Ecolo, Jean-Michel Javaux (photo).

Les écologistes francophones se montrent par contre plus réservés sur le chapitre concernant la loi de financement. Ils souhaitent obtenir davantage d’informations. "L'ampleur des changements proposés et l'importance des enjeux en question requièrent une information complète. A ce stade, tel n'est pas encore le cas et nous ne sommes donc pas en position d'évaluer dans quelle mesure ce chapitre du projet de note du conciliateur rencontre les 12 principes définis de commun accord entre les 7 partenaires le 24 août 2010", a souligné Ecolo.

N-VA, PS et CDH se concertent encore

Entretemps, les trois autres partis négociateurs (N-VA, PS et CDH) semblaient attendre la réponse l’un de l’autre. Tous les regards étaient également tournés vers la N-VA de Bart De Wever, dans l’attente de sa réponse.

Quant aux partis francophones PS et CDH, ils ont très peu communiqué ce mercredi. Plusieurs réunions et conférences de presse ont été reportées au courant de la journée. Il semblerait que les socialistes francophones ne se réunissent que vers 20h00.