Records d’embouteillage battus en 2010

L’an dernier, le "baromètre des embouteillages" de Touring Mobilis a enregistré pendant 49 heures plus de 300 km de bouchons sur les autoroutes belges. En cause, notamment, deux hivers rudes. Les 5 jours qui ont connu ces trois dernières années les embouteillages les plus étendus datent tous de 2010.

L’association des automobilistes Touring Mobilis a enregistré l’an dernier pas moins de 49 heures pendant lesquelles il y avait un minimum de 300 kilomètres de bouchons sur les 3.000 kilomètres d’autoroutes belges. C’est nettement plus qu’en 2009, où il n’y avait eu que 24 heures avec plus de 300 km d’embouteillages et que 2008, avec seulement 7h40 de pareilles conditions sur les routes.

Touring Mobilis parle d’embouteillage dès que la vitesse sur une autoroute est réduite à 50 km/heure en raison de l’affluence.

La longueur des embouteillages était même supérieure à 400 km pendant 17h20 sur les routes belges en 2010, contre seulement 4 heures en 2009 et 1h25 en 2008. Un nouveau record absolu a été atteint le 10 février 2010, avec un pic de 948 kilomètres de bouchons dans le pays. En cause, d’importantes chutes de neige.

Touring Mobilis a également établi une liste des 10 jours de ces trois dernières années pendant lesquels il y a eu les plus amples embouteillages. Il en ressort que les 5 jours les plus embouteillés depuis 2007 ont tous eu lieu en 2010. Seuls 2 des 10 jours répertoriés ne datent pas de l’an dernier.

L’hiver et davantage d’autos sur les routes

La liste des 10 jours d’embouteillages record depuis 2007, établie par Touring Mobilis, démontre que dans 90% des cas la cause de l’encombrement anormal des routes était de la neige. On se souvient encore de l’offensive hivernale de février 2010, mais aussi des embarras de circulation causés en décembre dernier par les chutes de neige. Ainsi, le 24 décembre dernier, il y avait 508 km de bouchons sur les routes belges en matinée.

Le seul des 10 jours d’embouteillages répertoriés dont la cause n’ait pas été la neige est le mardi 19 octobre 2010. C’est une grève des trains qui engendra alors 465 kilomètres de bouchons sur le réseau routier belge.

Selon Danny Smagghe de Touring Mobilis, les embouteillages monstres des dernières années ont aussi d’autres causes. Le nombre de véhicules en circulation sur les routes a ainsi nettement augmenté. « L’an dernier, nous avons à nouveau eu une année record pour la vente de voitures ».

Mais Smagghe attribue aussi les déboires d’encombrement à une diminution de la capacité des routes. « La plupart des villes et centres urbains sont (partiellement) interdits aux voitures, ce qui entraîne de plus longs temps d’attente sur les périphériques des villes. On voit monter la pression sur les voies principales, parce que les automobilistes reçoivent le conseil d’utiliser aussi peu que possible le réseau de voies souterraines. Cela influence la formation d’embouteillages », conclut Danny Smagghe.