Un "oui sans réserve" de Caroline Gennez

Les socialistes flamands du SP.A soutiennent entièrement la note globale rédigée par le médiateur royal Johan Vande Lanotte (SP.A). C’est ce qui est apparu ce mercredi midi, à l’issue du bureau du parti. Sa présidente, Caroline Gennez, juge que le « paquet » proposé par le conciliateur est « équilibré ». Les verts flamands avaient aussi déjà accepté la note de Vande Lanotte, dès mardi soir.

Lors d’une conférence de presse (photo principale) qui faisait suite, ce mercredi midi, au bureau du parti socialiste flamand, sa présidente Caroline Gennez a relevé plusieurs raisons pour lesquelles, selon elle, le « paquet » proposé par Johan Vande Lanotte est « équilibré ».

Elle a ainsi notamment cité « une scission verticale et ‘propre’ de l’arrondissement électoral de Bruxelles-Hal-Vilvorde, avec un minimum de compensations », des transferts de compétences « permettant de mieux aborder les défis dans divers domaines », ainsi qu’un choix pour une « autonomie fiscale et une responsabilisation avancées des entités fédérées », qui permettront aux Communautés d’être « mieux financées en fonction de leurs besoins que ce n’est le cas aujourd’hui ».

« D’après cette note, le gouvernement flamand pourra, dans une première phase, allouer de façon autonome 44% de ses moyens propres, et dans une deuxième phase - après 10 ans - ce pourcentage passera à 54% ».

Le SP.A se dit également satisfait des propositions dans les domaines sociaux. « Nous pensons ainsi que pour le volet Emploi la note contient des instruments importants pour mettre au travail, par exemple, davantage de jeunes allochtones à Bruxelles ou davantage de personnes âgées de plus de 50 ans en Flandre ».

Selon Caroline Gennez, Johan Vande Lanotte reste disponible en tant que médiateur, mais il revient aux deux vainqueurs des législatives, Elio Di Rupo (PS) et Bart De Wever (N-VA), de rendre un compromis possible. « Chacun sait qu’ils émettront le verdict final », concluait la présidente du SP.A.