Les partis francophones disent “oui”

Les verts d’Ecolo, les démocrates-chrétiens du CDH et les socialistes du PS ont finalement apporté mercredi soir une réponse positive à la note du conciliateur Johan Vande Lanotte. Les trois partis francophones veulent poursuivre les négociations à 7, tout en ayant certaines réserves et en souhaitant présenter des amendements.

C’est finalement le parti socialiste d’Elio Di Rupo (photo principale), grand vainqueur en Wallonie des élections législatives du 13 juin dernier, qui a été le dernier parmi les trois partis francophones négociateurs à réagir officiellement ce mercredi soir à la note du conciliateur royal Johan Vande Lanotte (SP.A).

Le PS accepte la note comme base pour une poursuite des négociations institutionnelles à 7 partis et demande au médiateur Vande Lanotte de lancer immédiatement les négociations communautaires. Le parti socialiste souhaite en effet parvenir le plus rapidement possible à la formation d’un nouveau gouvernement fédéral. Le PS affirme néanmoins poser "quelques conditions".

Plus tôt dans la soirée, Ecolo affirmait être prêt à et disponible pour reprendre les négociations institutionnelles, ajoutant cependant qu’il "conviendra de préciser, améliorer ou modifier certains points".

Le président des verts francophones, Jean-Michel Javaux (photo), se montrait notamment plus réservé sur le chapitre concernant la loi de financement. Il souhaite obtenir davantage d’informations, afin de pouvoir évaluer si ce chapitre de la note "rencontre les 12 principes définis de commun accord entre les 7 partenaires le 24 août 2010".

Le CDH de Joëlle Milquet (photo) acceptait également la note du conciliateur comme base de négociations, ajoutant que le parti introduirait bien entendu des amendements, notamment sur les chapitres de la réforme de la loi de financement, du transfert des compétences vers les Régions, de Bruxelles et de la scission de l’arrondissement électoral de Bruxelles-Hal-Vilvorde.

Le CDH exprimait aussi le souhait que les sept partis négociateurs se rencontrent dès ce jeudi pour fixer un calendrier et une procédure qui doit permettre de parvenir rapidement à un accord. Il faut également travailler à la formation d’un nouveau gouvernement fédéral, soulignait encore le parti.