Des artistes flamands sont inquiets

Le 21 janvier prochain, des artistes organiseront une manifestation au Théâtre royal flamand (KVS) de Bruxelles pour exprimer leur inquiétude face à la crise politique belge qui dure depuis presque 7 mois. Avec pour devise "La solidarité grandit une culture", ils entendront surtout protester contre "le nationalisme borné et la rage de la scission du pays".

La liste des artistes qui prendront part à l’action de protestation au Koninklijk Vlaamse Schouwburg sera divulguée le 17 janvier.

Rassemblés sous le slogan « Niet in onze naam » (‘Pas en notre nom’), des artistes flamands tels que le musicien Stef Kamil Carlens, l’actrice Maaike Neuville, le sculpteur Lebuïn D’Haese et l’écrivain Stefan Hertmans entendent avant tout protester contre un nationalisme flamand qui propage une culture fermée et qui mesure tout sur base de la langue.

« En tant que citoyens qui, chaque jour, baignons dans la culture au sens large, nous rejetons le discours sur la culture et l’identité qu’on nous propose ici. Il vide de leur contenu les notions de culture et d’identité et les transforme en instruments de manipulation à des fins politiques. Nous avons déjà une culture et une identité. Elles sont également flamandes, mais pas « exclusivement ». Nous ne voulons pas qu’elles soient « comblées » d’un concept nationaliste flamand. Cela signifierait un appauvrissement et une attaque contre ce que nous sommes aujourd’hui », indiquent notamment les artistes dans l’appel à la solidarité qu’ils lancent sur le site www.nietinonzenaam.be.

Et de poursuivre : « Nous nous opposons à la création d’une image qui dresse les uns contre les autres les gens de notre pays en tant que groupes culturels inconciliables. Nous n’acceptons pas que nos compatriotes francophones soient présentés comme porteurs d’une culture caractérisée par une absence de sens des responsabilités, par la paresse et le « profitariat », par une manie du vol et une tendance à l’expansionnisme ».

Et de conclure : « Ce qui fait défaut dans le discours nationaliste flamand, c’est la solidarité. Cette valeur humaine est tout le contraire de l’égoïsme, de la cupidité et de l’intolérance. Aujourd’hui, au nom de notre culture et de notre identité, on tire à boulets rouges sur cette solidarité. Cela, nous ne pouvons l’accepter. Une culture riche et ouverte est une culture qui ne laisse pas de place l’intérêt personnel et qui défend la solidarité comme principe fondamental ».

Cette initiative des artistes flamands rejoint une autre initiative lancée par le site Camping 16, qui permet de planter virtuellement une tente devant le 16, rue de la Loi, le bâtiment abritant le bureau du Premier ministre fédéral et la salle du Conseil des ministres.

L’acteur Benoît Poelvoorde (photo) a, pour sa part, suggéré aux Belges de ne plus se raser « jusqu’à ce que la Belgique se relève » et ait un nouveau gouvernement fédéral.