La Belgique craint encore des inondations

Alors qu’une nouvelle zone de pluie devait passer d’ouest en est au-dessus de la Belgique ce vendredi après-midi, plusieurs régions de Flandre se préparaient à voir monter encore le niveau de cours d’eau et des habitations être inondées. Selon l’Agence flamande pour l’Environnement (VMM), les vallées de la Demer et de la Dendre étaient les plus menacées.

Les pluies ont finalement été moins violentes que prévu dans la nuit de jeudi à vendredi. Le niveau de l’eau a donc légèrement baissé en de nombreux endroits, et les bassins d’orage ont retrouvé une petite réserve de capacité.

Il était cependant difficile de prévoir, ce vendredi midi, si cette réserve serait suffisante pour absorber les nouvelles pluies annoncées pour vendredi après-midi. Selon Mie Van den Kerchove de l’Agence flamande pour l’Environnement (VMM), des problèmes pourraient encore se présenter dans les vallées de la Demer et de la Dendre. Les rivières y ont en effet déjà atteint leur niveau d’alerte et des mesures ont été prises pour éviter des inondations.

Attente inquiète à Herne

A Herne, en Brabant flamand, la situation était très critique jeudi. Ce vendredi, il y avait une légère amélioration. Le niveau de l’eau avait en effet légèrement baissé, mais on attendait avec inquiétude le résultat des nouvelles chutes de pluie. « Nous avons reçu une pause pour reprendre notre souffle, mais nous devons rester vigilants », déclarait le bourgmestre Kris Poelaert (CD&V).

A Galmaarden également, le long de la Mark, la situation s’était légèrement améliorée. Le plan d’urgence communal y a été levé.

Inondations au centre de Grammont

Ce vendredi matin, quelques maisons étaient par contre sous eau dans le centre de Grammont (Flandre orientale). Le plan communal d’urgence avait été déclenché jeudi soir parce que le niveau de la Dendre continuait à monter. La plupart des habitations avaient pu être protégées par des sacs de sable.

La piscine et une école primaire communales ont été inondées et évacuées. Les pompiers ont tenté de pomper l’eau.

Pour l’après-midi, les spécialistes s’attendaient à ce que le niveau de l’eau remonte encore. Dans la commune rattachée d’Overboelare, qui avait été touchée il y a deux mois par de lourdes intempéries, quelque 300 habitants avaient déjà été préparés à une éventuelle évacuation. « Nous espérons ne pas devoir en arriver là, mais nous voulons éviter que des habitants doivent être évacués en barques, comme en novembre », expliquait le bourgmestre.

Niveau stable en Wallonie

Ce vendredi, le niveau de la plupart des cours d’eau de Wallonie semblait s’être stabilisé, ou était en train de baisser. Le niveau de l’Amblève et de la Vesdre restait cependant alarmant. Quant à l’Ourthe, elle n’a pas encore atteint son pic dans les environs de Durbuy.

Jeudi, des habitants de plusieurs communes wallonnes avaient dû être évacués de leurs habitations, notamment à Aywaille et Esneux, en province liégeoise.

Ce vendredi, le ministre-président wallon Rudy Demotte (PS, photo) affirmait que le plan d’aménagement du territoire en Wallonie devait peut-être subir une révision. Selon lui, les communes et la Région doivent analyser à nouveau les zones d’inondation, à la lumière des tous récents événements. Demotte estime que cette révision n’aura pas seulement des conséquences pour l’aménagement du territoire, mais aussi pour l’octroi de permis de bâtir et la mise en œuvre de mesures préventives.