Un péage routier commun en 2013

Les Régions flamande, wallonne et bruxelloise se sont accordées sur l'instauration d'un péage routier en 2013. L’annonce a été faite par le ministre wallon du Budget et des Finances, André Antoine, alors qu’il répondait à une question d'actualité de Michel Lebrun (cdH).

Pour les poids lourds, le système d'eurovignette - forfaitaire - se muera en taxation au kilomètre. Les véhicules légers seront quant à eux soumis à une taxation à la durée par le biais d'une vignette électronique. Les trois Régions se partageront les recettes selon la clé suivante: Bruxelles recevra 10% des recettes, la Wallonie 38% et la Flandre 52%.

La Région bruxelloise a déjà approuvé l'accord. Le gouvernement wallon fera de même jeudi et la Flandre devrait emboîter le pas vendredi, a expliqué le ministre André Antoine.

La réforme sera d'application en 2013, année à partir de laquelle la Région wallonne souhaite percevoir elle-même la taxe de circulation et la taxe de mise en circulation. Ces deux taxes, actuellement perçues par l'administration fédérale, sont d'ailleurs appelées à évoluer. Elles seront davantage fondées sur des critères environnementaux, afin d'inciter à l'acquisition de véhicules peu polluants, au lieu de la puissance fiscale actuellement prise en compte.

"Un accord historique"

André Antoine a parlé d'"accord historique". Tous les utilisateurs du réseau wallon, qu'ils soient Belges ou étrangers, devront désormais payer pour l'utiliser et ainsi participer à son entretien.

Un comité technique commun aux trois Régions sera mis sur pied pour organiser la coopération entre les entités et examiner les modalités concrètes des nouveaux systèmes.
S'il est avalisé par le gouvernement flamand, cet accord marquera la fin d'une longue saga entamée sous la précédente législature à l'initiative du prédécesseur de M. Antoine, Michel Daerden.

Les trois Régions étaient parvenues à un accord mais, en mars 2007, le ministre-président flamand de l'époque, Yves Leterme, avait fait volé celui-ci en éclats au retour d'une visite aux Pays-Bas. Les Néerlandais ne voyaient pas d'un bon oeil l'instauration d'une telle vignette en Belgique et, à l'issue d'un entretien avec le Premier ministre Jan Peter Balkenende, M. Leterme avait qualifié le système d'"instrument peu adapté".

Touring opposé à la vignette routière

L'association de défense des automobilistes Touring est "carrément" contre la vignette routière que les trois Régions ont convenu d'introduire à partir de 2013. L'organisation rappelle qu'elle a toujours plaidé pour l'instauration d'une taxe au kilomètre bien plus efficace, à ses yeux, pour influencer l'usage de la voiture.

Selon le porte-parole de Touring, Danny Smagghe, il ne s'agit ni plus ni moins que d'un nouvel impôt alors que les automobilistes versent déjà chaque année près de 14 milliards d'euros dans les caisses de l'état. Pour lui, le seul avantage réside dans le fait que les automobilistes étrangers paieront désormais pour l'usage du réseau routier belge.

Touring a par ailleurs fait part de ses craintes de voir la Belgique rappelée à l'ordre par l'Europe en cas de diminution des autres taxes routières car cela constituerait une discrimination à l'égard des automobilistes étrangers.