Le gouvernement flamand achète des terrains

Grâce à un fonds créé tout spécialement, les autorités flamandes veulent acquérir des terrains à bâtir dans des communes aux prix onéreux, pour les remettre ensuite sur le marché à des prix plus abordables.

Ces dix dernières années, le prix des terrains à bâtir a triplé en Flandre. Notamment dans la région du littoral, mais aussi en périphérie des grandes villes les prix des terrains sont particulièrement onéreux. Il y est donc très difficile, pour des familles moyennes, de trouver un terrain ou une habitation à un prix abordable.

La ministre flamande du Logement, Freya Van de Bossche (SP.A), a donc décidé de créer un fonds qui servira à racheter des terrains à des endroits stratégiques dans des régions aux prix immobiliers élevés. Ce fonds, qui bénéficiera à son lancement d’un montant de 50 millions d’euros, permettra ensuite de remettre une partie des terrains acquis à la disposition de sociétés qui construisent ou exploitent des logements sociaux.

Le fonds revendra aussi des terrains à des entrepreneurs privés, notamment pour qu’ils construisent des logements d’étudiants, des maisons de soins et des logements privés à des prix abordables.

« Nous veillons ainsi à ce qu’il y ait une offre accrue en logements abordables dans des régions aux prix élevés », explique la ministre Van den Bossche (photo). « En répartissant de façon intelligente les terrains acquis, pour y faire aménager des habitations sociales et d’autres formes de logements, nous veillons aussi à créer un bon mélange social et des quartiers agréables », précise Freya Van den Bossche.

La ministre indique que le nouveau fonds jouera également un rôle dans des projets de rénovation urbaine. Elle cite en exemple la zone Vaartkom (photo) à Louvain (Brabant flamand), où se développe un grand projet de rénovation urbaine sur d’anciens terrains de la brasserie AB Inbev. Le fonds peut donc stimuler le développement de projets mixtes, avec des habitations sociales et d’autres formes de logements.

Dans la périphérie bruxelloise également, le fonds pourra participer au développement de logements à prix abordables. Le ministre flamand Geert Bourgeois (N-VA), responsable notamment de la périphérie bruxelloise, se réjouit du projet. « La périphérie flamande de Bruxelles est confrontée à l’arrivée massive de familles qui quittent la ville. L’offre en logements est très limitée, ce qui a entraîné une augmentation importante des prix des logements et des terrains à bâtir ».