Grande protestation contre l’impasse politique

La manifestation citoyenne contre la crise politique belge qui dure depuis plus de 7 mois, lancée à l’initiative de quelques étudiants via le site internet Facebook et intitulée "La honte", a rassemblé ce dimanche à Bruxelles environ 34.000 manifestants, selon les estimations de la police.

Les organisateurs de la marche de protestation à Bruxelles - cinq étudiants, dont quatre Flamands - soulignaient avant son départ que la manifestation se voulait apolitique, ne visait aucun parti politique impliqué dans les négociations institutionnelles, mais tendait simplement à exprimer l’inquiétude des citoyens face au prolongement de la crise politique et à réclamer la formation rapide d’un nouveau gouvernement fédéral. Les organisateurs estiment que les politiques se préoccupent trop peu des problèmes socio-économiques du pays et mettent ainsi en jeu l’avenir des jeunes.

"Nous sommes fatigués de cette impasse politique qui perdure", expliquait Thomas Decreus, l’un des organisateurs. "Nous souhaitons également montrer que le peuple est capable de quelque chose que les politiques n’arrivent plus à faire, à savoir collaborer par delà la frontière linguistique".

Les étudiants qui ont lancé la manifestation "Shame. No government, great country" (‘La honte. Pas de gouvernement, un pays formidable’) affirmaient aussi ne pas vouloir être placés dans le camp belge ni dans le camp flamand, mais vouloir rester neutres. Ils appelaient les manifestants à éviter, autant que possible, tous signes politiques ou sociaux.

Grâce à l’appel qu’ils ont lancé sur le site social Facebook, les organisateurs espéraient rassembler à Bruxelles entre 10.000 et 30.000 manifestants. La page "Shame" sur Facebook avait en effet reçu une réponse positive de 23.000 personnes qui affirmaient vouloir marcher ce dimanche.

D’après les journalistes de la VRT présents sur place ce dimanche, il y aurait eu plusieurs milliers de participants, avant tout des jeunes, mais aussi pratiquement autant de Flamands que de francophones. De nombreux marcheurs arboraient les couleurs du drapeau belge. La police estime, elle, à environ 34.000 le nombre de participants.

La marche citoyenne avait débuté peu avant 14h00 dans les environs de la gare du Nord. Elle prenait ensuite le Boulevard Albert II pour rejoindre le Parc du Cinquantenaire, où elle prenait fin vers 17h00.

Dans le parc, les jeunes organisateurs se sont adressés aux manifestants. "Dans un pays qui se situe au coeur de l'Europe, dans un monde qui change aussi vite qu'il se réchauffe, nos hommes politiques ne sont plus capables de se dépasser. Dès lors: Shame! Honte! Schaamte! Schande!", déclaraient-ils, applaudis par les participants. 

La police était présente sur le parcours, pour garantir un déroulement paisible de la manifestation. Celle-ci s'est déroulée sans incidents. Cinq membres du Taal Aktie Komitee (TAK) ont cependant été arrêtés, parce qu'ils tentaient de perturber la manifestation.