La CSC approuve l’accord interprofessionnel

Le conseil général de la CSC réuni ce matin a approuvé à 67,9% des voix le projet d'accord interprofessionnel 2011-2012, a annoncé le président du syndicat chrétien, Luc Cortebeeck. La CSC est le premier syndicat à prendre officiellement position.

"Le texte n'a soulevé aucun enthousiasme, mais notre décision est le résultat d'une réflexion approfondie sur les conséquences d'une approbation ou d'un rejet du projet d'accord", a précisé M. Cortebeeck (photo) en soulignant par ailleurs qu'aucune divergence de vue n'était apparue entre le nord et le sud du pays.

Ainsi, s'il suscite "beaucoup de frustrations" sur les dossiers de l'emploi, de la formation ou encore du pouvoir d'achat, le projet d'accord prévoit, entre autres, une hausse des pensions et des allocations sociales. "Nous avons également dit oui parce que le texte assure le maintien de l'index et comprend une avancée définitive en ce qui concerne le statut unique des travailleurs", a poursuivi le président de la CSC.

A ce sujet, le syndicat chrétien regrette toutefois "la longueur" de la voie choisie. "Nous comprenons également les craintes des employés face à un régime de licenciement plus favorable aux employeurs et à la généralisation du chômage temporaire", a ajouté Luc Cortebeeck.

Pour rappel, la CNE - qui représente les employés au sein de l'organisation - avait rejeté hier le texte à l'unanimité.

"Beaucoup de travail doit encore être réalisé. La prochaine étape fera de toute façon l'objet de négociations au sein même des centrales syndicales", a conclu le patron de la CSC, premier syndicat à prendre officiellement position.

La FGTB, elle, devrait se prononcer sur le texte le 4 février alors que dans les rangs patronaux, tant la Fédération des Entreprises de Belgique que l'Union des Classes Moyennes ont déjà approuvé le projet d'accord.

Pour obtenir un feu vert définitif, le texte doit être approuvé par l'ensemble des partenaires sociaux.