Reynders chargé d'une mission d'information

Le roi a reçu mercredi après-midi le président du MR Didier Reynders et l'a "chargé de l'informer d'ici deux semaines sur les possibilités d'arriver à un accord institutionnel en particulier sur BHV et le refinancement de Bruxelles; le transfert de compétences aux entités fédérées, leur financement et leur responsabilisation et le financement dans la durée de l'Etat fédéral", annonce un communiqué du palais.

Le roi avait reçu auparavant le Premier ministre démissionnaire Yves Leterme (CD&V) en audience cet après-midi au Château de Laeken.

"Vu la longueur de la période d'affaires courantes, le roi a demandé au premier ministre Yves Leterme que le gouvernement d'affaires courantes présente au Parlement le budget 2011 et prenne les dispositions nécessaires pour répondre dans un proche avenir aux exigences européennes en matière de politique budgétaire et de réformes structurelles pour les prochaines années", dit un communiqué du palais royal.

Pour ce faire, le gouvernement aurait besoin du soutien extérieur de la N-VA et éventuellement du SP.A.

Reynders "vérifiera" s'il existe une volonté politique d'accord

Après avoir été chargé par le roi d'une mission d'informateur pour sortir de l'impasse politique actuelle, Didier Reynders a tenu une conférence de presse à la Chambre. 

Il a souligné que cette mission portait sur la vérification de l'existence d'une volonté politique pour parvenir à un accord institutionnel.

Il rencontrera en premier lieu le précédent chargé de mission royale, l'ex-conciliateur Johan Vande Lanotte, afin de prendre connaissance du contenu de sa proposition ainsi que des positions des différentes formations politiques associées aux négociations des sept derniers mois, auxquelles n'a pas participé son parti.

Dans un second temps, il rencontrera les "deux vainqueurs" des élections du 13 juin dernier, les présidents de la N-VA Bart De Wever et du PS Elio Di Rupo. Il envisagera ensuite la situation, a-t-il ajouté.

"Notre pays est dans une situation particulièrement sérieuse", a-t-il commenté lors d'une conférence de presse qu'il avait convoquée à la Chambre. "Je suis prêt à faire de mon mieux pour le sortir de l'impasse politique", a-t-il ajouté, soulignant que cette mission serait "particulièrement difficile".

Répondant à des questions de journalistes, il a reconnu que les 15 jours laissés par le roi constituaient un délai "très court après près de huit mois" de tentative à sept partis, mais il a quelque peu relativisé en soulignant que sa mission portait sur "la vérification de la volonté politique" pour chacun d'arriver à une solution.

N-VA: "la désignation de Didier Reynders est logique"

La désignation du président du MR Didier Reynders comme informateur est "logique" a indiqué mercredi le président de la N-VA Bart De Wever.

"Il est logique qu'après sept mois sans réelle avancée, on offre aux partis libéraux la possibilité de tester leurs propositions", a-t-il souligné.

Bart De Wever dit réaliser que chaque formule comprend des opportunités et des risques. "C'est à l'aune de cette réalité qu'il faut laisser toutes ses chances à Didier Reynders", souligne-t-il dans un communiqué.

Les nationalistes flamands répètent que la Belgique a besoin d'urgence d'un gouvernement appelé à mettre en oeuvre d'importantes réformes. "Tant que cette nécessité constituera l'objectif de chacun des partis concernés, la N-VA continuera à collaborer de manière constructive", a précisé Bart De Wever.

La N-VA appuiera également les démarches que sera appelé à prendre le premier ministre sortant Yves Leterme en matière budgétaire. A cet égard, Bart De Wever indique qu'il collaborera loyalement aux travaux de la Chambre "de sorte qu'un certain nombre de mesures d'économies puissent déjà être prises en collaboration avec le gouvernement chargé des affaires courantes, cela en vue de la réalisation des objectifs budgétaires assignés par l'Union européenne".