Un statut unique pour les cultes

Un statut unique pour les différents cultes reconnus en Belgique, telle est la proposition faite par quatre professeurs membres de la Commission de la Chambre sur le financement des cultes. Les curés, les imams et les conseillers laïcs auraient dès lors le même salaire et devraient partir à la pension à 65 ans.

Le système de financement public des ministres des cultes reconnus et des communautés philosophiques non confessionnelles, en vigueur en Belgique ne fait pas l’unanimité.

Fin mars, la Commission de sages chargée d’élaborer un rapport circonstancié sur le régime constitutionnel et légal applicable aux ministres des cultes en Belgique rendra son rapport.

Quatre professeurs spécialistes du droit constitutionnel ont formulé quelques recommandations. Ils ont aussi proposé de procéder tous les dix ans à une sorte de recensement qui devrait conduire à une répartition plus équitable des cultes et des communautés philosophiques non confessionnelles.
 

Ils prônent aussi l’instauration d’un statut commun pour les curés, les imams, les rabbins ou les conseillers laïcs. Ceux-ci  bénéficieraient du même salaire et devraient partir à la pension à l’âge de 65 ans.

A noter que l’idée d’instaurer un impôt d’église, selon lequel chacun ne financerait que son propre culte a été provisoirement abandonnée. Cette proposition avait été formulée après les scandales des prêtres pédophiles et suite à certaines déclarations controversées du de Mgr André-Joseph Léonard.

Pour pouvoir être reconnus en Belgique les cultes doivent pouvoir prouver qu'ils possèdent dix communautés et au moins 25.000 fidèles.

A côté de la laïcité organisée, six cultes sont reconnus en Belgique, les cultes catholique, protestant, anglican, israélite, islamique et orthodoxe.