Les syndicats socialiste et libéral rejettent l’AIP

Le syndicat libéral CGSLB et le syndicat chrétien FGTB ont tous deux rejeté ce vendredi le projet d’accord interprofessionnel. Le gouvernement va donc devoir trancher. En 2005, un tel refus syndical avait déjà eu lieu et le gouvernement avait alors décidé de garder le texte tel quel.

Le syndicat libéral CGSLB a rejeté le projet d’accord interprofessionnel à 55% des votants. Il constitue ainsi le premier membre du Groupe des Dix à avoir rejeté l’accord.

Cet après-midi, le syndicat socialiste FGTB a suivi le même chemin en rejetant l’accord à plus de 74% des voix. Après le SETCa la semaine dernière, la Centrale générale de la FGTB avait rejeté le projet jeudi. La FGTB lui a emboîté le pas ce vendredi.

Les différentes organisations patronales ont approuvé le projet, ainsi que le syndicat chrétien CSC mardi à 68% des voix.

La FEB espère que le gouvernement reprenne l’accord

La Fédération des entreprises de Belgique (FEB) espère que le gouvernement reprenne l'accord interprofessionnel et donne suite à cet accord sur tous ses points, a indiqué vendredi après-midi Rudi Thomaes (photo), administrateur délégué de la FEB.

Le patron des patrons n'a pas caché sa déception à la suite de ce rejet, anticipant le vote du syndicat socialiste. "Beaucoup de travail a été fourni pour parvenir à cet accord et ce serait très décevant en cette période d'instabilité politique que le social soit également ébranlé dans notre pays".

M. Thomaes reconnaît que pour plusieurs parties autour de la table, certains aspects de l'accord n'étaient pas satisfaisants, mais ajoute que, dans l'ensemble, les points forts répondaient aux attentes des uns et des autres.

"Nous espérons maintenant que le gouvernement reprenne l'AIP et donne suite à cet accord afin d'éviter de désavouer les partenaires principaux qui ont travaillé longuement sur le dossier", conclut Rudy Thomaes.