Des vaisseaux remplis de sel à Gand

Deux énormes navires transportant du sel sont arrivés pendant ce week-end au port de Gand (Flandre orientale). L’un d’eux contient 50.000 tonnes de sel provenant d’Amérique latine, tandis que l’autre transporte 73.000 tonnes de sel originaire d’Australie. Ce navire devait être partiellement déchargé à Terneuzen ce lundi.

Le sel qui est arrivé au cours du week-end au port gantois provient pour une part de l’Océan Atlantique et pour une autre part de l’Océan Indien. Il est de meilleure qualité que le sel de la Méditerranée. Il peut être utilisé dans la nourriture pour animaux, pour la consommation humaine et pour l’épandage des routes par temps hivernal. Une partie du chargement sera acheminé vers d’autres pays européens.

L’une des raisons de faire importer du sel d’Australie est financière. Les tout gros navires ne peuvent en effet amarrer dans les ports autour de la Méditerranée. Or, plus un bateau est grand, au plus de volume il peut contenir et la marchandise peut alors être vendue à meilleur prix, même lorsque le navire vient d’Australie.

En Belgique, les réserves de sel d’épandage sont actuellement suffisantes. Mais certains pays voisins et les Etats-Unis connaissent une pénurie de sel d’épandage, à la suite de tempêtes de neige. Pour l’an prochain, il risque à nouveau d’y avoir des pénuries de sel.

« La capacité de production du sel dans le monde est limitée. Et ce n’est qu’une petite partie du sel qui est utilisée pour l’épandage. La plus grande partie est destinée au secteur chimique », explique Bart Sobry, directeur de l’entreprise de sel Zoutman.