“Electrabel devrait payer plus à l'Etat”

La Commission de régulation de l’électricité et du gaz (CREG) affirme que le groupe énergétique Electrabel devrait verser une rente bien supérieure à l’Etat en compensation de la prolongation de vie des centrales nucléaires belges. Le fournisseur de gaz et électricité conteste.

Le protocole d’accord passé pour la période 2011-2014 entre le gouvernement fédéral belge et le groupe Gaz de France Suez - maison-mère du groupe énergétique belge Electrabel - prévoit le versement d’un montant annuel variant entre 215 et 245 millions d’euros en compensation des gains supplémentaires réalisés grâce à la prolongation de vie des centrales nucléaires de Doel I et II et Tihange I.

Mais selon Guido Camps de la Commission de régulation de l’électricité et du gaz (CREG), cette « rente nucléaire » n’est pas assez élevée. Il s’en est expliqué ce mercredi en Commission de l’économie de la Chambre, où étaient entendus des représentants d’Electrabel, de la CREG et de la Banque nationale de Belgique, notamment.

Guido Camps affirme qu’Electrabel réalise des bénéfices bien supérieurs que ceux qui ont été annoncés, grâce à la prolongation de l’ouverture des centrales nucléaires. Il estime donc qu’Electrabel devrait s’acquitter d’une rente nucléaire de 700 millions d’euros par an auprès de l’Etat.

Le fournisseur de gaz et d’électricité conteste les estimations de la CREG. Sophie Dutordoir, directrice générale, a rappelé à la Commission de l’économie de la Chambre que le résultat d’exploitation d’Electrabel en 2007 avait été de 855 millions d’euros. Elle se demande donc comment la CREG arrive à 2 milliards d’euros dans son estimation de la « rente nucléaire ». Elle parle de chiffres « tout à fait irréalistes » retenus par le régulateur pour ses calculs.

La CREG évalue le prix moyen de vente de l’électricité produite par les centrales nucléaires à 67 euros/MWh, alors que Sophie Dutordoir estime ce prix à 45 euros/MWh.

La Commission de régulation de l’électricité et du gaz (CREG) est un organisme fédéral autonome qui a été créé en 1999. Il doit contrôler l’évolution du marché de l’électricité et du gaz en Belgique.

Au sein de la Commission siègent des représentants du gouvernement fédéral, des organisations patronales, des entreprises, de petites et moyennes entreprises, ainsi que des producteurs, des fournisseurs et des gestionnaires des réseaux de distribution du gaz et de l’électricité.