"Compétitivité et pouvoir d’achat réunis"

Le Premier ministre Yves Leterme s’est réjoui de l’accord conclu durant la nuit entre les principaux ministres du gouvernement quant au sort à réserver au projet d'accord interprofessionnel. La proposition prévoit notamment le maintient de l’indexation des salaires et n’entraînera pas de charges supplémentaires pour les entreprises.

Après 10 heures de négociations, les principaux ministres du gouvernement sont tombés d’accord la nuit dernière, vers 3 heures du matin, sur une proposition de médiation qui vise à pallier l’absence d’accord interprofessionnel, dont le projet a été rejeté par les syndicats socialiste et libéral.

L'accord maintient l'évolution salariale en 2012 à 0,3% au-delà de l'indexation et des augmentations barémiques prévues en 2011 et 2012, comme prévu dans l'accord initial. Il prévoit aussi une augmentation du salaire minimum de 120 euros ainsi que des modifications aux avancées prévues pour le rapprochement des statuts ouvriers/employés.

Selon le Premier ministre, Yves Leterme, l’accord qui a été conclu est "très important". L'impact budgétaire des mesures proposées par le gouvernement sera limité, "en-dessous de 100 millions" d'euros, a assuré le chef du gouvernement sortant.

L'accord n'entraînera toutefois "pas de charges supplémentaires" pour les entreprises et "l'injection de pouvoir d'achat" supplémentaire pour les travailleurs sera à charge du budget.
La proposition de médiation fixe la marge de l'évolution salariale en 2012 à 0,3% au-delà de l'indexation et des augmentations barémiques prévues en 2011 et 2012, a souligné M. Leterme.

Le premier ministre a reçu vendredi midi en sa résidence du Lambermont le président du groupe des Dix Thomas Leysen pour lui communiquer la proposition. Lundi, Yves Leterme soumettra la proposition au groupe des Dix, qui réunit des représentants des principaux syndicats et patronats. Ceux-ci devront alors une nouvelle fois se prononcer.

Manifestations syndicales

Ce matin, plusieurs centaines de militants de la FGTB et de la CGSLB étaient rassemblés devant le siège du MR, parti de l'actuel informateur, avenue de la Toison d'Or à Bruxelles pour protester contre le projet d'accord interprofessionnel (AIP).

Les militants ont rencontré vers 9h30 l'informateur Didier Reynders et le président du MR Charles Michel. L'entretien a duré une heure environ.

A Charleroi, quelque 6.000 manifestants ont défilé dans les rues à l’appel de la régionale carolo de la FGTB pour dénoncer l’accord interprofessionnel.