“Des élections sont nécessaires en Egypte”

A la suite de l’annonce de la démission du président Hosni Moubarak, le ministre belge des Affaires Etrangères, Steven Vanackere (CD&V, photo principale), a appelé vendredi le gouvernement égyptien à prendre des mesures susceptibles de mener le pays à la démocratie, comme notamment l’organisation d’élections libres. La Belgique est prête à assister l’Egypte dans ce processus.

Dans un communiqué publié ce vendredi soir, le ministre des Affaires Etrangères a affirmé qu’en décidant de démissionner, Hosni Moubarak (photo) a « accédé à la demande du peuple égyptien. Il s’agit d’une étape importante dans le processus de transition ».

Le chef de la diplomatie belge a cependant souligné que le gouvernement égyptien « devra y enchaîner, d’urgence, d’autres étapes permettant de mener le pays sur la voie d’une démocratie et d’un Etat de droit qui fonctionnent ». Selon Steven Vanackere, la première tâche d’un gouvernement intérimaire consistera à regagner la confiance de la population par le biais d’une transition ordonnée.

« Quelle que soit la personne désignée pour assurer la transition, des élections libres et honnêtes devront être organisées. La population égyptienne a droit à des élections qui ouvrent le champ politique à toutes les forces démocratiques. Le gouvernement devra dès lors créer les conditions nécessaires pour un débat libre et une campagne électorale ouverte, sans violence ou intimidation », a souligné le vice-Premier ministre.

Steven Vanackere a également rappelé la déclaration de la Haute représentante de l’Union européenne pour les Affaires Etrangères, Catherine Ashton, qui a assuré que l’Union est prête à contribuer. « La Belgique est également disposée à assister l’Egypte dans ce processus démocratique. Dans cette optique, des Européens et aussi des Belges pourront assister le peuple égyptien dans ce véritable processus de changement », concluait le ministre belge.