SP.A et Groen! craignent d’être éjectés

Le SP.A et Groen! craignent d'être éjectés des négociations mais ne se laisseront pas faire, ont laissé entendre les représentants des deux partis invités sur le plateau de l'émission "De Zevende Dag" (VRT) après la déclaration faite samedi par l'informateur et président du MR, Didier Reynders.

"Nous savons depuis longtemps qu'il y a des partis qui préféreraient ne pas nous voir et former un gouvernement de droite, mais nous ne laisserons pas faire cela", a expliqué le député Dirk Van der Maelen (SP.A).

Le socialiste a fait référence à l'accord interprofessionnel. A l'instar de sa collègue écologiste Meyrem Almaci, il soupçonne les autres partis de vouloir utiliser l'opposition de Groen! et du SP.A au projet d'accord négocié entre les partenaires sociaux pour les écarter des discussions.

"Ce serait aberrant", a ajouté Mme Almaci.
Le chef de groupe N-VA à la Chambre, Jan Jambon, et le député Patrick Dewael (Open Vld) ont nié l'existence d'un lien entre l'accord interprofessionnel et les négociations. La N-VA dit n'avoir aucune exclusive.

De son côté, le chef de groupe CD&V à la Chambre, Servais Verherstraeten, a appelé à ne pas se livrer à de petits jeux politiques.

Il a rappelé que Didier Reynders avait reçu du roi une mission purement communautaire.

La ministre des Entreprises publiques, Inge Vervotte (CD&V), s'est montrée très prudente sur les propos de l'informateur. Selon elle, il faudra d'abord voir clair sur les dossiers communautaires.

"Le plus important, c'est le texte pour voir quelle est la base de négociation.

Il y a eu un texte De Wever, un texte Vande Lanotte. Il faut un texte Didier Reynders", a-t-elle ajouté.