On a retrouvé le Manneken Pis

Il ne s’agit pas de la statue de Bruxelles, mondialement célèbre, mais de celle de son frère qui trône devant l’hôtel de ville de Grammont (photo principale), en Flandre orientale. Le "Front de Libération de Manneken Pis" avait revendiqué son enlèvement lundi. Les ravisseurs n'avaient pas supporté que leur petit héro de Grammont ait été qualifié de "plus jeune" que son frère de Bruxelles, dans le cadre d’une émission télévisée. Ils l'ont maintenant replacé sur son socle.

Lundi matin, la directrice du collège Sainte-Catherine de Grammont découvrait que la statue du Manneken Pis, qui trône normalement devant l’hôtel de ville, avait disparu. Un témoin avait en outre vu que deux hommes enlevaient la statue de son socle.

Ce témoin avait d’abord pensé que les hommes en question étaient des employés communaux, mais rapidement l’enlèvement était revendiqué par le "Front de Libération de Manneken Pis". Le bourgmestre Freddy De Chou (SP.A) avait en effet reçu une lettre, dans laquelle l’organisation expliquait son mécontentement face à un reportage diffusé récemment dans l’émission touristique "Vlaanderen Vakantieland" de la VRT.

"Dans ce reportage, des Bruxellois affirmaient que leur ville a offert un Manneken Pis à Grammont dans les années 1600, après que les habitants de Grammont aient retrouvé leur Manneken Pis dans la Dendre", expliquait De Chou lundi.

"Il s’agit d’une véritable absurdité, qui a été réfutée par la recherche historique. Les comptes municipaux démontrent en effet clairement que le Manneken Pis de Grammont date de 1499 et est donc plus vieux de 160 ans que celui de Bruxelles (petite photo). Mais il semble que l’histoire erronée soit encore en circulation, malgré le fait que nous ayons déjà fraternisé de longue date avec Bruxelles", précisait le bourgmestre.

"Réactions tièdes" qui fâchent

Les ravisseurs de la statue se disaient furieux parce que les habitants de Grammont n’auraient eu que des réactions tièdes à la suite de la diffusion du reportage à la VRT. "Il est clair que les ravisseurs n’ont pas de mauvaises intentions, mais nous allons tout de même discuter de l’affaire", indiquait lundi le bourgmestre de Grammont.

Ce mercredi, le Manneken Pis a fait sa réapparition devant l'hôtel de ville de Grammont. Le "Front de Libération" l'y a ramené.

Dans une lettre d'accompagnement, les ravisseurs estiment que l'enlèvement du petit héro a enfin réveillé les habitants de Grammont. Le "Front" leur demande de continuer à se battre pour une meilleure reconnaissance du "plus vieux Manneken Pis de Belgique".