Les transports bruxellois paralysés

Les lignes du métro bruxellois sont à l’arrêt depuis hier soir. Une grève a été lancé à la suite de l’agression d’un chauffeur de métro et d’un agent de prévention dans la station Roi Baudouin. Les conducteurs de trams et une partie des chauffeurs de bus ont rejoint le mouvement ce matin.

L’agression s’est déroulée hier soir vers 19h alors que le chauffeur de métro quittait son poste de conduite. D'après les images des caméras de surveillance, il semble à présent que le conducteur de la STIB interpellé par un passager lundi soir à la station Roi Baudouin, a frappé ce dernier en premier, ce qui a provoqué ensuite plusieurs échanges de coups entre les deux protagonistes. 

Vingt minutes plus tard, une équipe d'intervention a séparé les deux hommes. I. était blessé à la pommette gauche. Le chauffeur, âgé de 29 ans, souffrait d'une douleur à l'avant-bras.

Suite à cet incident, le personnel du métro a aussitôt décidé de débrayer. Vers 20h30, plus aucun métro ne roulait sur l'ensemble du réseau. Durant la nuit, la direction et les syndicats se sont réunis pour faire un point sur la situation. Ils doivent en faire de même ce mardi. Entre temps, la poursuite de l’action de grève a été confirmée et s’est même étendue.

Ce matin, les conducteurs de trams bruxellois ont rejoint le mouvement. En outre, seules quelques lignes de bus circulent normalement. Notons qu’il s’agit de la deuxième action de protestation en une semaine. Mercredi dernier, les conducteurs de trams avaient débrayé suite à l’agression d’un de leurs collègues à l’arrêt place Stéphanie à Ixelles.

Circulation difficile à Bruxelles

La grève spontanée lancée par les conducteurs de la STIB a provoqué d’importantes perturbations sur le réseau routier bruxellois.

"Le pic de circulation du matin a débuté bien plus tôt que d'habitude. Les routes sur lesquelles des embouteillages ne surviennent normalement qu'à partir de 7h-7h30 étaient déjà bouchées dès 6h30. Nous prévoyons que le pic de circulation va durer beaucoup plus longtemps qu'en temps normal", indique Inge Paemen.

Des difficultés sont également prévues pour les heures de pointe du soir.

Vers l’embauche de vigiles privés ?

Le syndicat chrétien CSC des services publics a dénoncé avec force l’incident qui s’est déroulé hier soir. "C'est un énième fait de suite. Il y a un problème général de sécurité dans les bus, les trams et les métros. Parfois, la sécurité ne peut être garantie. C'est notre frustration", déclare Luk Smekens de la CSC Services-Publics.

"Lors de précédents incidents, le personnel avait reçu des promesses pour plus de sécurité. Le soutien de la police est toujours un point délicat. Ils ne peuvent pas compter dessus", ajoute Luk Smekens.

Cette nouvelle agression intervient alors que la direction de la STIB avait annoncé hier que l’option de l’embauche de vigiles en provenance de société(s) privée(s) dans le métro pour permettre un renforcement rapide des effectifs de sécurité sur le réseau souterrain de la STIB ne sera en aucun cas concrétisée avant la fin du mois.

On parle actuellement de 80 vigiles qui devraient être mis en position sur les quais du métro. Ils seraient en place à titre préventif et n’auraient aucun pouvoir, à part prévenir les agents de Sécurité de la STIB. Le dossier ne sera toutefois pas examiné avant le 22 février prochain par le comité de getion.