La BNB questionne l’indexation

Lors de la présentation de son rapport annuel pour 2010, ce mercredi, la Banque nationale (BNB) a demandé qu’une étude poussée soit réalisée sur les différents systèmes d’indexation appliqués en Belgique. Le gouverneur Guy Quaden (photo principale) a rappelé que l’inflation belge était actuellement l’une des plus élevées de la zone euro.

Selon le gouverneur Guy Quaden, qui présentait ce mercredi matin le rapport annuel de la Banque nationale pour 2010, la Belgique se montre actuellement assez bon élève. Notre pays preste en effet mieux que la moyenne européenne en matière de croissance, de budget et d’emploi, alors que la consommation a à nouveau augmenté.

Mais Guy Quaden a également appelé le gouvernement fédéral à assainir aussi vite que possible les finances d’Etat et à réduire les dépenses, pour permettre au pays de regagner la confiance de la communauté internationale.

Le gouverneur de la Banque nationale juge également alarmant que l’inflation belge soit actuellement l’une des plus élevées de la zone euro. Seuls la Grèce, le Luxembourg et Chypre possédaient en 2010 une inflation encore supérieure. Ce sont avant tout les prix de la nourriture et de l’énergie qui ont augmenté, ce qui risque de menacer le pouvoir concurrentiel de la Belgique.

C’est la raison pour laquelle la BNB suggère de mettre à l’étude les différentes formes d’indexation appliquées en Belgique, et notamment le système d’indexation automatique des salaires et des allocations sociales. Dans le but éventuel d’une réforme. Guy Quaden trouve en outre qu’il faut examiner la façon dont sont fixés les prix de l’électricité et du gaz, ainsi que ceux des loyers.

Le gouverneur estime que les partenaires sociaux ne pourront plus refuser d’ouvrir la discussion sur l’indexation, en raison d’un contrôle accru des instances européennes sur la fixation des prix et des salaires. Cette discussion ne devrait cependant pas s’avérer facile, étant donné que les représentants de deux grands syndicats, qui siègent tous deux au Conseil de régence de la Banque nationale de Belgique, ont refusé de signer le rapport annuel.

"Les Belges parmi les plus riches en Europe"

Le rapport annuel 2010 de la Banque nationale indique cependant aussi que, malgré les craintes face à la haute inflation et aux finances d’Etat, la Belgique reste l’un des pays les plus riches de l’Union européenne.

Ainsi, l’économie belge a enregistré l’an dernier une croissance de 2%, par rapport à une moyenne européenne de 1 ,7%. L’exportation de la Belgique a augmenté de 10%, alors que la consommation des Belges augmentait de 1,4%. En 2009, les familles avaient par contre réduit leurs dépenses.

Plus étonnant, le rapport indique qu’en 2010 quelque 27.000 nouveaux emplois ont été créés en Belgique, alors qu’on s’attendait à une perte d’emplois. Le déficit belge se situe à 4,6% du produit intérieur brut (PIB), alors que la moyenne européenne à ce niveau est de 6,3%.

Enfin, la richesse totale des Belges est évaluée à 1.800 milliards d’euros. Cela représente plus de 100% du PIB. Ce qui est davantage que dans n’importe quel autre pays de l’Union européenne.