Métros, trams et bus circulent à nouveau

La circulation des bus, trams et métros de la société des transports intercommunaux de Bruxelles (STIB), touchée mardi par une grève générale à la suite de l’agression d’un chauffeur de métro et d’un agent de prévention, est revenue à la normale depuis ce mercredi matin. Les représentants du gouvernement bruxellois, de la direction et des syndicats de la STIB se sont en effet mis d’accord mardi sur un renforcement de la sécurité sur le réseau de transports en commun, confronté récemment à plusieurs faits de violence.

Un mouvement de grève générale avait paralysé ce mardi la circulation des métros, mais aussi des bus et des trams de la STIB à Bruxelles après qu’un chauffeur de métro et un agent de prévention se soient fait agresser lundi soir à la station de métro Roi Baudouin. Les caméras de surveillance avaient néanmoins révélé sur le conducteur de la STIB avait été le premier a frapper le passager qui l’avait interpelé, mais la grève avait été maintenue pendant toute la journée de mardi.

Les syndicats et la direction de la STIB se sont réunis pendant tout l’après-midi de mardi, en compagnie du ministre-président bruxellois Charles Picqué (PS) et de la ministre du Transport Brigitte Grouwels (CD&V). Ils se sont finalement mis d’accord pour renforcer la sécurité sur le réseau de la société des transports intercommunaux de Bruxelles, confronté à plusieurs faits de violence qui ont créé une tension sociale au sein de la STIB ces dernières semaines.

L’accord porte sur des mesures à prendre en deux temps, pour renforcer les effectifs sur le réseau de la STIB. Il s’agira notamment d’engager du personnel de sécurité supplémentaire, qui recevra des compétences élargies. Mais comme ces mesures prendront du temps à être mises en application, des mesures à courte échéance ont également été décidées ce mardi.

Vigiles privés et présence policière accrue

La STIB devrait ainsi embaucher temporairement des vigiles privés, pour parer aux problèmes les plus urgents de sécurité notamment à certaines heures et dans certaines stations de métro, dans l’attente d’un renforcement structurel du personnel de sécurité de la société bruxelloise. Du personnel du service de contrôle sera également amené à renforcer le personnel du service de sécurité de la STIB.

La direction de la société estime que cette mesure d’urgence devrait coûter entre 100.000 et 150.000 euros dans l’immédiat. De leur côté, le ministre-président Picqué et la ministre Grouwels se sont engagés à ouvrir dès jeudi les discussions au sein du gouvernement bruxellois sur un plan de sécurité en cours d’élaboration pour le plus long terme.

Les négociateurs ont souligné les efforts réalisés par la Région bruxelloise et la STIB pour renforcer la sécurité, mais ont aussi constaté que ces mesures ne suffisent pas à faire face à une recrudescence de la délinquance dans certains quartiers et à certains moments. Dans une déclaration commune, ils ont donc demandé à la police fédérale et aux polices zonales de renforcer leur présence sur le réseau de la STIB.

Les trois syndicats ont estimé que l’accord pris dans l’urgence est satisfaisant et ont donc invité le personnel de la STIB à reprendre le travail ce mercredi. Certains conducteurs de métro restent insatisfaits des mesures décidées, mais ont accepté, comme leurs collègues et sous la pression des syndicats, de reprendre le travail dès ce mercredi matin.