Un record mondial, cela se fête, non ?

Les Belges sont champions de l’autodérision, même lorsqu’ils vivent depuis 249 jours en crise politique. Musique, frites et bière seraient-elles la recette pour sortir de l’impasse ? Plusieurs actions ludiques étaient organisées ce jeudi, notamment par des étudiants, alors que la Belgique égalait le record irakien de la plus longue formation d’un gouvernement.

Réagissant au record irakien qu’égale ce jeudi la Belgique, en matière de longévité d’une crise politique, le président des écologistes francophones Jean-Michel Javaux (photo) a estimé qu’il fallait aussi saluer « le calme olympien » des Belges. « A l’occasion de ce record, certains optent pour l’humour et la dérision, afin d’interpeller les politiques. Dans d’autres pays, ce ne serait certainement pas le cas ».

Et effectivement, ce ne sont pas les actions ludiques qui faisaient défaut ce jeudi. Un peu partout en Belgique, des activités étaient organisées pour le record de longévité des négociations politiques. Sur le ton de l’humour et de l’ironie.

Fête populaire à Gand

Les plus grandes festivités étaient planifiées pour jeudi soir à Gand (Flandre orientale), à l’initiative d’un groupe d’amis qui a lancé une invitation via les sites de contact social Facebook et Twitter. L’appel a récolté des milliers de réponses.

Dans et autour du quartier Bij Sint-Jacobs, une grande fête populaire était prévue, avec des activités ludiques, des petits concerts pour l’ambiance, et une passation symbolique d’une coupe de champion vers minuit, indiquait l’un des organisateurs Edmond Cocuyt Jr.

Révolution des frites

Entre 600 et 1.000 étudiants de l’Université Libre de Bruxelles (ULB) et de son pendant flamand VUB ont effectué ce jeudi après-midi une marche vers la Place Poelaert à Bruxelles, dans le but d’y faire une « Révolution des frites » en faveur de l’unité de la Belgique.

Ces étudiants répondaient à l’appel de la plate-forme « Pas en mon nom-Jeune » et entendaient exprimer leur incompréhension face à la crise politique. Discours et dégustation de bières et frites ont eu lieu sur la Place Poelaert, devant le palais de justice.

Diverses associations d’étudiants ont organisé ce jeudi des marches similaires à Anvers, Gand, Louvain (Brabant flamand), Liège et Louvain-la-Neuve (Brabant wallon). A Louvain, il fallait écrire un message sur une banderole pour recevoir un paquet de frites gratuit.

249 nus

Plusieurs jeunes gantois avaient également l’intention de demander à 249 personnes d’enlever leurs vêtements, parce qu’ils estiment que les politiques laissent tomber les citoyens.

L’une des 249 volontaires est l’actrice Marijke Pinoy, qui avait également pris part à une protestation des artistes au Théâtre royal flamand de Bruxelles (KVS). L’action a eu lieu vers 15h00, sur le Kouter.

Vlaams Belang distribue des bananes

Le parti d’extrême-droite flamand, qui siège dans l’opposition, organisait également une action ludique.

Le président du parti Bruno Valkeniers et l’Anversois Filip Dewinter distribuaient ce matin, avec 20 membres du parti, quelque 2.000 bananes à la gare de Berchem. Vlaams Belang estime en effet que la Belgique est devenue une république bananière.