Quel usage des armes belges en Libye?

Le ministre-président de la région wallonne, Rudy Demotte, a demandé à l’ambassadeur de Belgique à Tripoli de lui transmettre les « éléments d’information » permettant de « mesurer le risque d’utilisation » des armes wallonnes dans le cadre de la répression des manifestations en Libye. La Fabrique Nationale (FN) de Herstal a en effet conclu en 2008 un contrat de ventes d’armes à la Libye.

En 2009, la FN de Herstal avait encore livré pour 11,5 millions d’euros d’armes et de munitions à la Libye. La Région wallonne avait délivré à l’entreprise liégeoise une licence d’exportation. Au cabinet du ministre-président Rudy Demotte (photo, à dr.), on souligne cependant que s’il s’avérait que le « certificat d’usage final » n’était pas respecté, le gouvernement wallon n’hésitera pas à dénoncer la situation auprès de l’Union européenne, ce qui aurait pour conséquence une mise au ban de la Libye.

Alors que plusieurs personnalités politiques - dont la ministre fédérale de l’Emploi et présidente du CDH, Joëlle Milquet (photo,  à g.) - se sont interrogées sur l’usage qui est fait actuellement des armes wallonnes vendues il y a quelques années à la Libye, le cabinet de Rudy Demotte indiquait ce lundi que dans le cas de la Libye la prudence a prévalu « plus encore » que dans d’autres dossiers. Il rappelait aussi que toute décision d’octroi de licence s’envisage en fonction des règles européennes, réputées les plus strictes au monde.

Rudy Demotte partage néanmoins l’inquiétude de la Ligue des droits de l’Homme au regard de la répression en Libye. La Région wallonne a donc demandé à l’ambassadeur de Belgique de s’informer sur l’usage des armes qui étaient destinées strictement à une mission de sécurité dans le couloir humanitaire du Darfour.

Depuis 2004, année au cours de laquelle le régime de Kadhafi s’est racheté une conduite sur la scène internationale, de nombreuses licences ont été accordées par l’Angleterre, la France, l’Espagne, l’Autriche et la Suisse autorisant des contrats d’armement avec la Libye. Des accords de coopération ont aussi été signés avec la Libye par plusieurs de ces pays, ainsi que par les Etats-Unis.

Le contrat de la Fabrique Nationale de Herstal portait sur 12,2 millions d’euros. La présidente du CDH, Joëlle Milquet, a appelé le gouvernement wallon à étudier la question de la traçabilité des armes.

Un groupe de travail composé de représentants politiques et industriels prépare d’autre part une proposition d’amendement à la note d’orientation du gouvernement wallon, visant à réformer la procédure d’octroi des licences d’armes.