Van Rompuy : Les crimes perpétrés en Libye doivent être punis

Le président de l'Union européenne, Herman Van Rompuy, a vigoureusement condamné mercredi à Prague les violences "horribles" perpétrées par les forces libyennes contre les manifestants, soulignant que ces crimes ne peuvent "pas rester sans conséquences".

"J'éprouve une horreur particulière des violences qui sont commises contre le peuple qui se lève pour la liberté et la justice en Libye", a déclaré Herman Van Rompuy, au cours d'une conférence de presse.

J'ai vu des crimes horribles qui sont inacceptables et qui ne peuvent pas rester sans conséquences", a-t-il souligné.

"Je condamne l'usage de la violence, de l'agression et de l'intimidation contre les manifestants en Libye. J'appelle à la cessation immédiate de l'usage de la force", a déclaré le président de l'UE, en visite d'une journée à Prague.

 

Les violences qui ont accompagné la révolte contre le régime du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi ont fait 300 morts dont 111 militaires, selon un bilan présenté par les autorités de ce pays.
La révolte populaire en Libye a été entamée le 15 février, dans le sillage de celles qui avaient déjà conduit à la destitution des régimes autoritaires en Tunisie et en Egypte.
Les décisions sur l'avenir des pays arabes actuellement secoués par un vent de révolte doivent être prises par les citoyens de ces Etats eux-mêmes, a aussi indiqué Herman Van Rompuy avant de réaffirmer la responsabilité de l'UE d'apporter une "aide" à ce qu'il a qualifié de "changement historique".
"Les aspirations légitimes et demandes du peuple pour les réformes doivent se faire valoir par le biais d'un dialogue ouvert, complexe et constructif entre Libyens", a dit le président de l'UE, à l'issue de son entretien avec le Premier ministre tchèque, Petr Necas.
"Nous allons apporter notre plein soutien aux processus de transition vers une gouvernance démocratique, le pluralisme et l'amélioration des opportunités pour la prospérité économique et l'inclusion sociale, de même que pour un renforcement de la stabilité régionale", a-t-il souligné.