Trafic pour l'armée d'Iran via la Belgique?

Le parquet a entamé des poursuites à l’encontre de deux Irlandais suspectés de trafic de matériel aéronautique américain pour l’armée iranienne, via l’aéroport de Zaventem, indique ce samedi le quotidien financier De Tijd. L’affaire sera examinée par le tribunal correctionnel le 24 mars prochain.

Selon De Tijd, qui cite des sources bien informées, les services de sécurité belges n’auraient pas été au courant du trafic de matériel aéronautique américain à destination de l’Iran et de son armée. Ce sont les services américains qui ont informé les Belges.

C’est ainsi qu’un dernier convoi a pu être intercepté de justesse dans la zone de fret de l’aéroport international de Zaventem, alors qu’il faisait route vers l’Iran. Il s’agissait plus précisément d’une cargaison de matériel, essentiellement de technologie radar, destinée à Téhéran.

Les deux Irlandais - père et fils - qui font l’objet de poursuites auraient vendu pour des dizaines de millions de matériel à deux entreprises iraniennes qui sont placées sous embargo par les Etats-Unis parce qu’elles fournissent du matériel à l’armée iranienne et pourraient être impliquées dan un programme de développement d’armes de destruction massive.

L’enquête du parquet de Bruxelles a révélé que les deux trafiquants tentaient aussi de blanchir en Belgique l’argent de leur trafic lucratif, via des comptes de la KBC. La banque aurait cependant pris elle-même toutes les mesures de sécurité requises.

Les deux trafiquants ne sont pas inconnus de la justice, affirme De Tijd. En 1994, ils auraient déjà été pris en flagrant délit aux Etats-Unis pour trafic à destination de l’armée iranienne.