Bus, trams et métro perturbés par la grève

L’action nationale de 24 heures de protestation contre l’accord interprofessionnel, lancée par les syndicats socialiste et libéral, a perturbé ce vendredi avant tout les transports en commun en Wallonie et en région germanophone, mais aussi en Flandres occidentale et orientale, en province anversoise et en Brabant flamand. A Bruxelles, c’est avant tout la circulation des trams et bus qui était affectée. L'heure de pointe du soir a aussi été source d'embarras. Les trains de la SNCB circulaient par contre quasi normalement, et le trafic aérien n’était touché qu’à l’aéroport de Liège.

Les syndicats socialiste et libéral soulignaient par cette journée d’action nationale qu’ils jugent le projet d’accord interprofessionnel largement insuffisant, notamment en ce qui concerne l’effort prévu pour les salaires les plus bas, le blocage des salaires (avec une marge maximale de 0,3% en 2012) et des avancées trop faibles dans l’harmonisation des statuts d’ouvrier et d’employé.

Le Premier ministre démissionnaire Yves Leterme (CD&V, photo) avait déjà indiqué dans l’émission matinale "De Ochtend" (VRT) de ce 4 mars que le gouvernement adopterait de toute façon le compromis sur l’accord. « Les syndicats ont le droit de protester, mais le gouvernement a la responsabilité de faire avancer l’économie du pays, et d’apporter le calme sur le marché du travail et dans les rapports sociaux », affirmait Yves Leterme.

Ce vendredi matin, le Premier ministre recevait néanmoins les dirigeants de la FGTB socialiste et de la CGSLB libérale, pour évoquer avec eux les protestations contre le projet d’accord interprofessionnel. Le syndicat chrétien ne participait pas à la grève.

Réseau affecté en Flandre et Wallonie

L’action de protestation semblait ce vendredi avoir surtout un impact sur les transports en commun, en Flandre et en Wallonie. Ainsi à Anvers, moins de la moitié des bus de la société régionale de transports De Lijn étaient sortis le matin. En Flandre orientale, la circulation sur les réseaux des villes de Gand, Alost et Saint-Nicolas était fortement perturbée. A Gand, plusieurs lignes de trams roulaient selon l’horaire du dimanche. Les bus dans les Ardennes flamandes circulaient par contre normalement.

En Flandre occidentale, aucun bus ne circulait dans la région de Roulers, et les services étaient nettement réduits à Bruges, Ostende et Courtrai. Le tram du littoral passait aussi à régime réduit. En Brabant flamand, un bus sur 3 circulait dans la région de Dilbeek et dans le Pajottenland. A Louvain, dans le Hageland, dans la région du raisin et dans le nord de la province, seule la moitié des bus circulaient.

Les voyageurs étaient par contre plus chanceux ce vendredi dans le Limbourg, où peu de problèmes avaient été signalés. De plus amples informations peuvent être obtenues sur le site internet www.delijn.be et via le numéro de téléphone 070/220.200.

En Wallonie, la circulation était assez fluide vendredi matin sur le réseau routier. Par contre l’ensemble du réseau de la société régionale de transports TEC était fortement perturbé, dès 7h30. Ainsi, à Charleroi, aucun bus n’était sorti des dépôts, mais la moitié des métros roulaient. Le réseau Namur-Luxembourg était tout autant perturbé.

Dans le Brabant wallon, plusieurs lignes étaient exploitées, mais des barrages au zoning nord de Wavre et Nivelles-Sud perturbaient leur bon fonctionnement.

Bruxelles : le métro roule, les bus et trams sont perturbés

Dans la capitale, près de 80% des métros de la société STIB étaient en service ce vendredi, alors que le réseau des trams et bus était davantage touché par l’action nationale. L’objectif de la STIB était d’assurer un maximum de passages sur les lignes les plus fréquentées.

Seules 4 lignes de trams étaient ainsi desservies (n° 3, 4, 55 et 82), et 13 lignes de bus (12, 13, 14, 29, 38, 46, 48 , 49, 63, 65, 66, 71 et 84) étaient assurées. Davantage de détails pouvaient être obtenus via le site www.stib.be ou le numéro de téléphone 070/23.20.00.

Pas de problèmes à la SNCB ni dans les aéroports

La Société nationale des chemins de fer belge n’accusait aucune conséquence de l’action de protestation ce vendredi matin. Selon les porte-paroles, la situation devait rester normale aussi pendant le reste de la journée.

Les aéroports de Zaventem (Brussels Airport) et Charleroi n’étaient pas non plus touchés vendredi matin par l’action de protestation. Tous les vols y partaient donc à temps, en cette veille du congé scolaire de Carnaval. A Brussels Airport, la seule conséquence visible de la grève était une moindre disponibilité des chariots à bagages, certains membres du personnel chargés de les déplacer ayant arrêté le travail.

Par contre, à l’aéroport de Liège environ 70 vols ont été annulés ou déplacés vers Bruxelles, comme annoncé jeudi.