Le "spice" progresse en Belgique

Un laboratoire qui produisait à grande échelle du cannabis de synthèse a été démantelé dans notre pays. L’information a été révélée par un reportage du magazine d’information "Koppen" diffusé ce jeudi soir sur la Eén (VRT).

Ce laboratoire produisait par semaine 600 kg ou 200.000 doses de cannabis de synthèse appelé "spice".

Il s’agit d’un produit chimique de synthèse qui n'est pas présent dans des plantes naturelles.

"Ce cannabinoïde de synthèse a été identifié comme étant une forme modifiée mais qui a une action beaucoup plus puissante que le cannabis lui-même" explique Nele Samyn de l’Institut National de Criminalistique et de Criminologie.

Vendu librement sur internet

Vendu sur internet, ce "spice" est officiellement un mélange de plantes aromatiques séchées destiné à parfumer la maison. Mais pour ceux qui le fument, les effets sont plus puissants que le cannabis, même s’il reste indétectable au test de salive.

Les produits actifs ne font pas partie des substances illégales.  "Les concepteurs de cette drogue de synthèse sont créatifs", ajoute Nele Samyn "ils font toujours en sorte de précéder la législation".

Overdose

Les thérapeutes et les personnes qui s’occupent des toxicomanes s’inquiètent du succès rencontré par cette drogue de synthèse qui peut facilement être achetée sur internet.

"Avec le cannabis "traditionnel" le consommateur ne pouvait pas avoir d’overdose mais avec le cannabis de synthèse, les effets sont multipliés par cent", explique  Peer van der Kreeft, de la structure de prévention De Sleutel.

Le "spice" vient d’être interdit en France. En Grande-Bretagne et aux Pays-Bas, des dizaines de consommateurs de cette drogue de synthèse se sont retrouvés aux urgences, pour certains l’issue a été fatale.