La Belgique prête à aider le Japon

Selon le porte-parole des Affaires étrangères, quelque 700 Belges sont régulièrement inscrits comme résidant au Japon, un pays qui vient d’être victime d’un impressionnant séisme. L'ambassade de Belgique à Tokyo fonctionne et tente d'entrer en contact avec les ressortissants belges présents sur place. Parallèlement, la Belgique a proposé son aide au Japon.

Un séisme de magnitude 8,9, le plus fort jamais enregistré au Japon, a frappé vendredi le nord-est de l'archipel, déclenchant un tsunami de plusieurs mètres de haut sur les côtes Pacifique et faisant pour l'instant une vingtaine de morts et une dizaine de disparus.

Des vagues de dix mètres de hauteur se sont abattues sur les côtes de la préfecture de Sendai et d'autres de sept mètres dans la préfecture voisine de Fukushima.

Une alerte au tsunami a été émise sur pratiquement toutes les côtes du Pacifique par le Centre américain pour les tsunamis et un ordre d'évacuation a été donné aux îles Mariannes et à Hawaï.

La Belgique tente d’entrer en contact avec ses ressortissants

L'ambassade de Belgique à Tokyo fonctionne et tente actuellement d'entrer en contact avec les ressortissants belges présents sur place.

Ils sont environ 700 à être inscrits régulièrement comme résidant au Japon. La plupart des Belges habitent à Tokyo qui semble être touché dans une moindre mesure. Le Service public fédéral des Affaires étrangères ne dispose actuellement pas de chiffres plus précis concernant de probables vacanciers belges présents au Japon.

"Nous avons reçu peu d'appels du public ici à Bruxelles mais celui-ci peut, en cas de besoin, s'adresser au numéro de crise permanent du SPF Affaires étrangères au 02/501.81.11", a indiqué le porte-parole des Affaires étrangères, Bart Ouvry.

La Belgique prête à engager son dispositif B-Fast

Le Premier ministre sortant Yves Leterme (photo) a indiqué que notre paye évaluait actuellement tous les scénarios afin d’offrir une éventuelle aide à la suite du séisme au Japon.

"Nous espérons que les pertes humaines demeures limitées", a-t-il indiqué à l’entrée du sommet européen qui se tient à Bruxelles. "Il semble toutefois qu’il s’agit d’une grave catastrophe. Nous allons donc évaluer tous les scénarios et nous avons de l’expérience en la matière, car nous possédons l’équipe B-Fast". 

"Si le gouvernement japonais fait une demande concrète sur base de cette offre une initiative B-Fast pourra suivre dans un délai très rapproché", a indiqué le ministre des Affaires étrangères, Steven Vanackere.

De son côté, le gouvernement flamand est prêt à envoyer l’équipe flamande d’intervention médicale du docteur Luc Beaucourt au Japon. Le ministre-président flamand, Kris Peeters, a déjà dans ce cadre pris contact avec l’ambassadeur du Japon à Bruxelles.