La Belgique dépêche un Airbus au Japon

Attendu jeudi à Séoul, l’Airbus A330 de l’armée devrait pouvoir entreprendre dès vendredi au plus tôt un premier vol au départ d’un aéroport des environs de Tokyo pour rapatrier des Belges. Les Affaires Etrangères conseillent maintenant aussi aux compatriotes qui résident au Japon de quitter le pays ravagé par un séisme et en crise nucléaire.

Etrangères Steven Vanackere (photo) avait indiqué que le gouvernement n’envisageait pas encore de rapatrier des Belges résidant au Japon, ce mercredi après-midi le ministre Vanackere et le ministre de la Défense, Pieter De Crem, publiaient un communiqué conjoint annonçant que la Belgique va engager un Airbus A330 militaire pour faciliter le rapatriement de ressortissants belges à la suite de l’aggravation de la crise nucléaire dans le nord du Japon.

L’appareil fournira une capacité de transport supplémentaire pour les Belges, étant donné que les vols commerciaux au départ du Japon offrent une capacité insuffisante. Il y a environ 800 Belges qui résident au Japon.

Le premier vol au départ d’un aéroport des environs de Tokyo est attendu « au plus tôt vendredi dans le courant de la journée », indique le communiqué ministériel. Les Affaires Etrangères conseillent maintenant aussi aux compatriotes qui vivent au Japon de quitter le pays, si leur présence n’y est pas essentielle, en raison de la dégradation de la situation autour de la centrale nucléaire de Fukushima.

Plusieurs vols seraient prévus entre Tokyo et Séoul pour permettre à tous les Belges de quitter le Japon. Les compatriotes qui souhaitent bénéficier d’un vol avec l’Airbus de l’armée doivent prendre contact avec l’ambassade de Belgique à Tokyo, par téléphone ou par courriel à l’adresse Tokyo@diplobel.fed.be. Une équipe consulaire, composée de collaborateurs du ministère des Affaires Etrangères, voyagera à bord de l’Airbus pour faciliter l’embarquement des Belges.

Mission à Washington postposée

L’Airbus A330 dépêché vers l’Asie est l’unique appareil de ce type utilisé par le 15e wing de transport aérien de la composante Air de l’armée. Il avait déjà été utilisé lors du séisme en Haïti en janvier 2010, mais aussi la semaine dernière pour le transport, depuis Djerba et vers plusieurs pays africains, de réfugiés qui ont fui les combats en Libye.

L’appareil qui peut transporter 256 passagers se trouvait ce mercredi aux Etats-Unis, et plus précisément à Washington, pour une mission de transport de pièces de rechange acquises auprès du bureau d’achat de l’armée belge aux Etats-Unis, précise le ministère de la Défense dans un communiqué.

« Cette mission est postposée et l’A330 volera donc de Washington vers sa zone de prépositionnement ». Il est attendu jeudi à Séoul, la capitale sud-coréenne, et devrait atteindre les environs de Tokyo vendredi. Son itinéraire restait encore inconnu mercredi soir, notamment en raison de l’avis de danger émis par le Centre d’observation des cendres volcaniques de Londres pour les avions à cause de la radioactivité provoquée par la centrale nucléaire accidentée de Fukushima.