De Wever reçu au 10 Downing Street

Le président de la N-VA, Bart De Wever, a été reçu jeudi soir par le Premier ministre britannique David Cameron en sa résidence de Londres. "Je suis content d’avoir été reçu, il y a beaucoup de similitudes entre nos programmes politiques" a décalré Bart de Wever.

David Cameron, leader du Parti Conservateur britannique est Premier ministre depuis mai 2010. Si le Premier ministre démissionnaire Yves Leterme n’a pas encore été invité à le rencontrer à Londres Bart De Wever lui a passé une quarantaine de minutes en sa compagnie.

"Nous entretenons des contacts internationaux en toute discrétion" a déclaré Bart De Wever vendredi matin lors de l’émission De ochtend sur la Eén (VRT).

"Ces relations sont pour nous très importantes, car à l’étranger on lit surtout la presse belge francophone dans laquelle je suis souvent décrit comme quelqu’un de bizarre. Je me réjouis donc de pouvoir être reçu par un des leaders du monde libre" , a-t-il ajouté.

Les deux hommes ont discuté de la situation politique en Belgique. Le leader du parti conservateur  britannique a également voulu marquer son appui à la N-VA, une formation politique qu'il considère proche des thèses de son parti.

"Nos idées en ce qui concerne le budget, l’immigration, la drogue par exemple sont très similaires à celles des conservateurs britanniques". . Après l’entretien entre Bart De Wever et David Cameron une réception avec lieu à laquelle était également conviés certaines personnalités de la N-VA comme Liesbeth Homans en Jan Jambon.

"On ne peut pas tout faire en affaires courantes"

Par ailleurs, toujours dans l'émission De ochtend, Bart De Wever a fait part de son irritation face à l'exclusion de son parti des négociations budgétaires. La situation n'est "pas tenable", a-t-il dit.

"Nous sommes coincés dans ces affaires courantes qui sont devenues de plein exercice. Cette situation n'est pas tenable pour nous. On ne peut pas tout faire en affaires courantes", a-t-il dit. "Je pensais que les autres partis flamands seraient heureux de nous avoir à bord, mais visiblement ils préfèrent négocier avec le PS. Je crains qu'en conséquence la pression en vue d'aboutir à un accord (institutionnel) retombe".

Bart De Wever se montre par ailleurs très réservé sur les négociations conduites sous la houlette de Wouter Beke, soulignant que les positions restent encore très éloignées. Le président de la N-VA affirme pourtant croire encore au processus et dément que son parti campe sur ses positions.