Pas d’intervention pour les F-16 belges

Les quatre F-16 de la force aérienne belge qui ont décollé hier après-midi pour effectuer leur première mission dans le cadre de l’opération en Libye n’ont pas eu à intervenir. Les avions de chasse avaient effectué un vol de reconnaissance qui s’est déroulé sans problème.

Le gouvernement avait auparavant donné son feu vert à leur participation à cette opération. Aucune intervention ne fut finalement faite lors de cette première sortie.

Selon le service de presse de la Défense nationale, cette première mission a conduit les appareils de la Composante Air de l'armée belge à patrouiller au-dessus de la Méditerranée à l'Ouest de la Crête. Guidés par un avion radar AWACS, ils ont fait respecter la zone d'exclusion aérienne en recherchant toute intrusion. Si la nécessité existe, ils ont l'autorisation d'agir.

"La mission s’est très bien passée. Les vols de reconnaissance ont été effectués jusqu’au-dessus de la côte libyenne. Les F-16 belges n’ont finalement pas dû intercepter d’avions libyens et ont pu revenir en toute sécurité à la base militaire d’Araksos", a indiqué la porte-parole de la Défense, Ingrid Braeck.

Selon le ministère de la Défense, il y a de fortes chances que les appareils belges soient amenés à intervenir à nouveau lors des prochaines heures et des prochains jours.

L’armée belge ne verrait par ailleurs aucun problème dans la structure de commandement de l’alliance contre la Libye. Elle reçoit ainsi des ordres en provenance du centre de coordination de Ramstein, en Allemagne. Plusieurs officiers belges sont présents dans cette base militaire afin de vérifier que les missions soient en accord avec les directives du gouvernement.