Une trentaine de Belges de retour du Japon

L'Embraer de l'armée belge transportant 32 personnes, parmi lesquelles une majorité de Belges, qui avaient décidé de quitter le Japon, a atterri hier vers 18h50 sur le tarmac de l'aéroport militaire de Melsbroek à Steenokkerzeel.

Dès leur arrivée, les passagers ont été pris en charge et emmenés vers la cafétéria de l'aéroport pour un débriefing de la situation, en présence de membres de la composante médicale de la Défense, du SPF Santé publique et des Affaires étrangères.

Durant ce débriefing, le groupe s'est vu proposer des tests de mesure d'irradiation complémentaires à ceux déjà effectués lors de leur escale à Madrid et qui s'étaient révélés négatifs. De même, les personnes qui le souhaitent se sont vu offrir la possibilité d'un suivi psychologique.

L'hôpital militaire de Neder-Over-Heembeek accueille par ailleurs les passagers qui le désirent en vue de réaliser ces examens complémentaires. Aucun des passagers n'a, dans l'immédiat, fait de demande en ce sens mais ils pourront toujours le faire dans les jours à venir s'ils le souhaitent.

"La plupart des passagers vivent dans les zones concernées par le risque radioactif, notamment dans les environs de Tokyo", a indiqué le Consul à l'ambassade de Belgique à Tokyo, Bernadette Scheid, à sa sortie de l'avion.

Parmi les 32 passagers arrivés hier, on dénombre plusieurs familles belges mais également des familles mixtes, c'est-à-dire composées d'un parent belge et d'un autre japonais. Quatre étudiants belges, des membres de l'ambassade de Belgique au Japon et des citoyens européens (un Hongrois et deux Lituaniens) étaient également à bord de l'avion.

Les intéressés étaient partis dimanche de Tokyo pour rallier, via Madrid, la Belgique. Ils avaient embarqué à bord d'un vol spécial affrété par le gouvernement espagnol sur lequel des sièges restaient libres.