“Jusqu’à présent, la N-VA a échoué”

Dans une interview publiée ce jeudi dans les quotidiens flamands De Standaard et Het Nieuwsblad, le Premier ministre démissionnaire Yves Leterme (CD&V, photo principale) s’en est pris au parti nationaliste flamand, en réponse aux critiques du président de la N-VA, Bart De Wever, sur l’interprétation de plus en plus large du concept de gouvernement en affaires courantes. Pour Leterme, « le problème ce ne sont pas les affaires courantes, mais c’est que Bart De Wever a jusqu’ici échoué ».

Jusqu’il y a quelques semaines, le parti nationaliste flamand avait exprimé son appréciation pour le travail réalisé par le gouvernement Leterme II en affaires courantes. Mais depuis peu, la N-VA semble avoir changé d’avis et son président Bart De Wever (photo) s’est demandé publiquement si le gouvernement en affaires courantes ne dépassait pas ses compétences. La N-VA refuse ainsi que le gouvernement démissionnaire soumette fin avril un budget pluriannuel à la Commission européenne.

La critique sur le travail de son équipe gouvernementale irrite le Premier ministre démissionnaire. Dans une interview accordée aux quotidiens De Standaard et Het Nieuwsblad, Yves Leterme affirme : « Le problème ce ne sont pas les affaires courantes. Le problème c’est que Bart De Wever a jusqu’à présent échoué. On n’arrive pas à conclure un accord et à former un gouvernement. Vingt pour cent de la législature sont déjà passés. De Wever n’a encore rien fait avec sa victoire électorale. Il ne doit quand même pas m’en vouloir de veiller à l’intérêt général », ajoute Leterme.

Le Premier ministre a également souligné qu’il souhaitait, avec le budget 2011 établi sous sa houlette et un budget pluriannuel, mettre la Belgique à l’abri de la pression des marchés financiers.

Yves Leterme rejette aussi comme « risible » la critique de la N-VA qui affirme que le parti socialiste francophone PS décide tout au gouvernement. « Si Bart De Wever voulait miser sur le pourrissement pour accroître la pression, je le trouverais très perfide. Sa logique de pourrissement irait à l’encontre de l’intérêt des gens. La seule chose que je veux lui dire c’est : prenez vos responsabilités ».

Il faut d’urgence un nouveau gouvernement

Interviewé ce jeudi matin dans l’émission « De Ochtend » de la première chaîne radio de la VRT, Yves Leterme a souligné qu’il fallait d’urgence former un nouveau gouvernement fédéral. « Il faut savoir que les affaires courantes ont leurs limites et que nous les suivons scrupuleusement pour chaque dossier. Dans divers domaines essentiels, nous ne pouvons ainsi progresser parce qu’il n’y a pas de gouvernement en plein exercice ».

Le Premier ministre démissionnaire a d’ailleurs reçu le soutien des autres ministres démocrates-chrétiens flamands du gouvernement en affaires courantes. Dans une Carte blanche publiée par plusieurs quotidiens, les ministres Steven Vanackere, Inge Vervotte, Stefaan De Clerck et Pïeter De Crem, ainsi que les Secrétaires d’Etat Carl Devlies et Etienne Schouppe, ont critiqué la N-VA. Ils n’acceptent pas que Bart De Wever mette en doute leur travail et appellent à la formation rapide d’un nouveau gouvernement fédéral.

Yves Leterme a cependant souligné que le CD&V n’entrerait pas dans une nouvelle équipe fédérale sans la N-VA, qui a gagné les élections du 13 juin en Flandre.

Wouter Beke accélère son travail

Entretemps, le président du CD&V, Wouter Beke (photo), a accéléré le rythme de ses entretiens avec les présidents de la N-VA, Bart De Wever, et du PS, Elio Di Rupo.

Jusqu’à mercredi de la semaine prochaine, il s’entretiendra séparément avec De Wever et avec Di Rupo. Jeudi prochain, il rendra un deuxième rapport intermédiaire au Roi Albert II. Dès vendredi, Wouter Beke réunira à nouveau les deux présidents de partis autour d’une même table.