Le meurtrier de la juge de paix sera interné

L’homme qui avait abattu l’été dernier, en pleine salle d’audience à Bruxelles, la juge de paix Isabelle Brandon et le greffier André Bellemans, ne comparaîtra pas devant la Cour d’assises de Bruxelles. Il souffre de troubles mentaux et n’était pas responsable de ses actes.

Le Belge d’origine iranienne, reconnu comme réfugié depuis 2002, s’était introduit le 3 juin 2010 dans les bâtiments de la justice de la rue Ernest Allard, à proximité du palais de justice de la capitale, et avait attendu la fin de l’audience pour sortir une arme et tirer plusieurs coups de feu, blessant mortellement la juge de paix Isabelle Brandon et le greffier André Bellemans. Tous deux étaient âgés d’une cinquantaine d’années et proches de la retraite.

L’homme, arrêté le soir-même dans le parc de Bruxelles (photo), avait déclaré avoir voulu se venger parce que la juge de paix avait, en 2007, autorisé son expulsion du logement qu’il louait. Il s’agissait d’un jugement dans le cadre d’un conflit locatif.

Ce vendredi, la Chambre du conseil de Bruxelles a décidé que l’auteur présumé du double assassinat ne devait pas comparaître devant la Cour d’assises de Bruxelles. Il sera par contre interné.

Cette décision fait suite à l’expertise des psychiatres mandatés par la juge d’instruction. Dans leur rapport, ils estiment en effet que l’homme souffre de troubles mentaux et qu’il n’était pas responsable de ses actes au moment des faits. Son avocat affirme qu’il prend maintenant des médicaments et comprend ce qui s’est passé. Il aurait exprimé des regrets pour ses actes.