De Lijn va planter des milliers d’arbres

Au cours des prochaines semaines, la société flamande de transports en commun De Lijn va planter 20.000 arbres et ainsi participer à la campagne "un million d’arbres pour la Flandre". De Lijn va créer huit "Busbossen" (Bois du bus). C’est le résultat d’une campagne de protection de l’environnement qui a débuté l’an dernier.

Le premier arbre du futur Klauwaertbos a été planté lundi après-midi à Gooik (Brabant flamand), en présence de la ministre flamande de la Mobilité Hilde Crevits (CD&V), de Roger Kesteloot, directeur-général de De Lijn et de Michel Dooms, bourgmestre de Gooik.

Après ce premier arbre, un millier d’autres suivront dans le Klauwaertbos. L’objectif est la plantation de 7,1 hectares de bois, ce qui représente environ 14 terrains de football.

Ces bois seront plantés à Belsele et Evergem, en Flandre orientale, à Gooik, Merchtem, Opwijk et Zemst, en Brabant flamand et à Harelbeke et Oostkamp, en Flandre occidentale.

Succès du "Bospas"

Ces plantations seront réalisées grâce à une initiative originale : le "Bospas" un ticket de bus de De Lijn vendu durant un mois l’an dernier et dont un euro était reversé à l’action "un million d’arbres pour la Flandre" de l’association pour les forêts en Flandre (VBV) et l’Agence pour la nature et la forêt.
Plus de 14.000 de ces "Bospas" (tickets de dix voyages) auront été vendus au total, dont un tiers dans le Brabant flamand.

A Gooik, une partie du bois sera destinée aux activités de loisirs. Les bois d’Harelbeke et d’Evergem seront également accessibles au public. Les autres bois resteront toutefois fermés.

L’action "un million d’arbres pour la Flandre" devrait atteindre son objectif ce printemps. En comptabilisant les 20.000 arbres plantés par De Lijn, on totalisera alors environ 850.000 arbres depuis le début de la campagne en 2008.

L'empreinte écologique de De Lijn est de 111.154 hectares

De Lijn a calculé son empreinte écologique, à savoir les surfaces biologiquement productives de terre et d´eau nécessaires à son fonctionnement. Cette empreinte est de 111.154 hectares. Mais selon la ministre Hilde Crevits, l’empreinte de la circulation automobile serait trois fois plus élevée sans l’existence de De Lijn.