Le record irakien bel et bien battu

Toujours sans gouvernement 289 jours après les législatives, la Belgique égale ce mardi le triste record de la plus longue crise politique, détenu jusqu’à lors par l’Irak. La plate-forme "Pas en notre nom - Jeunes" organisait une journée d'action nationale à l'occasion de laquelle plusieurs places de grandes villes du pays étaient transformées en "Places des frites", pour soutenir l’unité du pays.

En 2010, les Irakiens avaient mis 249 jours pour conclure un accord de partage du pouvoir, et 40 de plus pour qu'un gouvernement prête serment.

En Belgique, certains avaient célébré dès le 17 février le franchissement de la barre symbolique des 249 jours en organisant une "révolution de la frite", au cours de laquelle des dégustations du célèbre plat national avaient rassemblé plus de 5.000 personnes aux quatre coins du pays (photo). Ces manifestations n'avaient toutefois pas eu de réel impact sur le blocage politique.

Pour l'égalisation du record du monde des 289 jours sans gouvernement, le collectif "Le séparatisme, pas en notre nom - Jeunes" remettait le couvert en rebaptisant ce mardi "Place des Frites" les principales places de villes universitaires, en l’occurrence Liège, Namur, Louvain-la-Neuve, Mons, Gand, Louvain, Anvers et Bruxelles. De nouvelles distributions de frites et des concerts étaient notamment au programme.

Les actions "Pas en notre nom" - "Niet in onze naam" se tenaient entre 15h et 19h dans tout le pays pour soutenir l'unité du pays et la solidarité. Le but était de prendre symboliquement le contrôle de l’espace politique en rebaptisant les places de rassemblement.

Dans la foulée, la plate-forme prône le maintien d'une sécurité sociale nationale, la création d'une circonscription électorale fédérale, l'apprentissage du néerlandais et du français dans tout le pays, un rôle de laboratoire multiculturel pour Bruxelles, et le refinancement public de l'enseignement à hauteur de 7% du PIB national.

Les organisateurs espéraient rassembler 16.000 personnes dans les différentes villes universitaires impliquées.