Le prince Laurent se défend dans la presse

Dans une interview au journal Le Soir, le prince Laurent a défendu le caractère scientifique et humanitaire de son voyage controversé en République démocratique du Congo. Il évite toutefois d’aborder les aspects les plus polémiques de sa visite. Le fils cadet du roi a par ailleurs demandé à la presse de le soutenir plutôt que de l’écraser.

"C'est un voyage scientifique et technique qui permet d'aider des gens. La forêt équatoriale est un sujet qui dépasse de loin le Congo. C'est un bien commun de l'humanité qu'il faut préserver à tout prix", a déclaré le fils cadet du roi Albert II dans une courte et rare interview publiée samedi par Le Soir.

"Vous cherchez à faire du sensationnalisme. Il faudrait un jour que vous me souteniez plutôt que de m'écraser sans arrêt. Lorsque je dis ce que je fais, personne ne l'écrit. Lorsque je n'ai pas fait quelque chose, tout le monde en parle plutôt que de se dire: essayons de le soutenir dans son travail en faveur de la communauté au sens large", a-t-il encore souligné, faisant référence à son action au sein de sa fondation, la GRECT.

Le prince Laurent a profité de son voyage au Congo pour se rendre en Angola. Ce déplacement s'inscrit dans le même cadre, celui de l'environnement, a-t-il affirmé.

Et d'avancer les projets qui seront réalisés et que visait son voyage: l'installation de micro-centrales électriques dans des villages. "Comme la fondation a un know-how là-dedans, il était de mon devoir de permettre à ces gens d'y avoir accès pour un prix très compétitif puisque la fondation ne fait pas de bénéfice", a-t-il ajouté.

Un voyage controversé

Cinquante ans après l'indépendance du Congo, la diplomatie belge s'efforce d'éviter de donner l'impression que Bruxelles soutient un camp politique plutôt qu'un autre, alors que se profile une délicate élection présidentielle en RDC.

Révélé par la presse mercredi, le voyage a déclenché une vive polémique en Belgique. Le scandale est d'autant plus grand que le prince avait insisté sur le caractère non politique de la visite, alors qu'il s'est avéré qu'il avait bien été reçu par le président congolais Joseph Kabila.

Le prince avait également déclaré que le voyage avait été "payé par sa fondation". Or, le ministre congolais du Plan, Olivier Kamitatu explique au Soir que le voyage princier a été "sponsorisé" par des entreprises et des personnalités congolaises, qui, "par considération, ont mis leurs ressources et leur logistique au service de cette visite".