De nombreux excès de vitesse impunis

Dans les différentes zones de police de Bruxelles, les excès de vitesse ne sont flashés qu'à partir de 57 km/h en zone 30 et de 76 km/h en zone 50. "Nous procédons ainsi à la demande du parquet de Bruxelles", confirme le commissaire Johan Berckmans de la zone de police Bruxelles Ouest, dans le quotidien De Morgen.

"Les radars et caméras mobiles flashent à partir de 57 km/h et 76 km/h. En dessous de ces vitesses, les conducteurs ne sont pas verbalisés. Rien ne se passe en fait", explique M. Berckmans.

"Nous avons conclu un accord avec le procureur du Roi concernant cette approche. Nous procédons ainsi à la demande du parquet. Ces limites de vitesse valent d'ailleurs pour toutes les zones de police de Bruxelles: il s'agit en effet d'une seule et même agglomération", ajoute le commissaire de la zone de police Bruxelles Ouest.

"Deux raisons justifient cette façon de faire. Un, nous devons tenir compte de la capacité de travail des parquets. Deux, avec ces limites de vitesse élevées, nous pouvons tout de même délivrer un message fort aux automobilistes qui commettent des excès de vitesse importants. Ils sont en effet jugés ou assignés automatiquement", conclut-il.

Une situation inacceptable pour Etienne Schouppe

Interrogé par la VRT, le secrétaire d'Etat à la Mobilité Etienne Schouppe (CD&V) indiqué qu’il était inacceptable que la réglementation en matière de circulation routière ne soit pas appliquée de la même manière dans toutes les villes.

M. Schouppe (photo) est d'avis que beaucoup de communes instaurent des zones 30 trop grandes à des endroits où les voies sont très larges ce qui rend les contrôles très difficiles.

Par ailleurs, pour diminuer le travail des parquets, il propose de traiter plus d'affaires administrativement. Mais pour cela, dit-il, il faut passer des accords entre les départements de la Justice, de la Mobilité et de l'Intérieur ce qui n'est pas possible en affaires courantes.