“Pas d’avenir pour une Libye avec Kadhafi”

Le ministre belge des Affaires Etrangères, Steven Vanackere (CD&V), estime que l’avenir de la Libye devra se développer sans Mouammar Kadhafi et son entourage direct. Il n’a cependant pas exclu que le colonel controversé soit impliqué dans les négociations pour tenter de résoudre le conflit en Libye.

Le ministre Steven Vanackere était ce mercredi matin l’invité de l’émission « De Ochtend » sur la première chaîne radio de la VRT. Il s’y exprimait juste avant l’ouverture de la réunion du groupe de contact sur la Libye, qui se tient à Doha au Qatar et à laquelle le ministre démissionnaire belge participe. Un diplomate néerlandais accompagne la délégation belge, étant donné que la Belgique et les Pays-Bas siègent en alternance au sein du groupe de contact.

L’une des questions principales que les participants à cette réunion se poseront est de savoir s’il y a encore un avenir pour le colonel Kadhafi en Libye, à l’heure où son exil du pays semble de moins en moins évident. La proposition de paix de l’Union africaine, ainsi qu’un nouveau plan proposé par la Turquie, ne font d’ailleurs plus état d’un départ immédiat du dictateur libyen.

« Qu’il n’y ait pas de malentendu à ce sujet », précisait le ministre Vanackere ce mercredi matin dans l’émission « De Ochtend » de la VRT radio. « Pour nous, l’avenir de la Libye se développera sans Kadhafi et sans son entourage immédiat. Mais entre cela et dire qu’il ne peut même pas être présent lorsque les négociations commenceront, il y a encore un pas ».

« Nous devrons nous concentrer plus que jamais sur l’entourage de Kadhafi. Nous devons voir quels sont les gens qui sont prêts à quitter le bateau qui sombre et à opter pour une solution qui a de l’avenir. Mais nous devrons nous montrer prudents et réalistes ».

Le ministre belge des Affaires Etrangères reste personnellement convaincu que le colonel Kadhafi (photo) devra répondre de ses actes devant la Cour internationale de justice à La Haye. « Ceux qui ne parlent pas d’un départ de Kadhafi estiment avant tout qu’il n’est pas nécessaire de le répéter sans cesse. Je pense que Kadhafi est tellement isolé que personne n’estime qu’il y a encore un avenir possible pour la Libye avec lui ».

Steven Vanackere attend de la réunion du groupe sur la Libye, qui débutait ce mercredi au Qatar, qu’un cadre permanent soit créé. « Si nous voulons trouver une solution démocratique et de longue durée pour la Libye, il faut que la communauté internationale conserve son unanimité. Ce qui reste une tâche difficile ».