“Ramener le déficit à 2,8% en 2012”

En visite ce mardi soir au siège de la Banque centrale européenne à Francfort, le Premier ministre démissionnaire Yves Leterme (CD&V) a indiqué que la Belgique veut ramener l’an prochain son déficit budgétaire à 2,8% du PIB et renouer avec un équilibre budgétaire en 2015. D’ici quatre ans, le gouvernement veut en effet avoir réduit son taux d’endettement à 88,4% du produit intérieur brut.

Au cours de ce mois d’avril, tous les pays membres de l’Union européenne devront soumettre leur plan budgétaire pluriannuel à la Commission européenne. Cette mesure est nouvelle et a été prise à la suite de la crise financière internationale, dans le cadre d’un paquet de mesures adoptées par l’Union pour éviter notamment le surendettement des états.

Le Premier ministre belge démissionnaire avait indiqué lundi que la Belgique déposera son programme de stabilité 2011-2015 pendant la seconde moitié du mois d’avril. C’est dans ce contexte qu’Yves Leterme s’est rendu ce mardi au siège de la Banque centrale européenne (BCE), à Francfort (Allemagne), en compagnie de Peter Praet, le directeur de la Banque nationale de Belgique et futur membre du Conseil d’administration de la BCE.

Yves Leterme (photo) y rencontrait le président de la BCE, Jean-Claude Trichet, et a assisté à un exposé sur la politique monétaire de la Banque centrale européenne.

Le Premier ministre belge a rappelé à Francfort que la Belgique a réduit son déficit à 4,1% en 2010 et que le budget 2011 prévoit un déficit de 3,6%, « ce qui permet à notre pays de prendre une avance d’un an sur les objectifs budgétaires actuels ». Leterme a également indiqué que « la croissance » de la dette en Belgique était « la moins importante de toute la zone euro ». Une information qui est cependant à replacer dans son contexte, étant donné que l’endettement de la Belgique est l’un des plus importants de la zone euro et de l’Union européenne.

Yves Leterme a indiqué que la Belgique souhaitait réduire son taux d’endettement à 88,4% du produit intérieur brut d’ici 2015. Le budget devrait être cette année-là en équilibre. Pour 2012, le déficit devrait être ramené à 2,8%. Le programme de stabilité 2011-2015 devrait être soumi en mai à la Chambre.