Wouter Beke informe à nouveau le Roi

Le négociateur royal et président du CD&V a présenté ce jeudi midi à Albert II le troisième rapport intermédiaire sur l’évolution de sa mission et des négociations en vue d’une réforme de l’Etat. Wouter Beke rencontrera à nouveau ce vendredi les présidents de la N-VA et du PS, Bart De Wever et Elio Di Rupo, grands vainqueurs des élections du 13 juin 2010.

C’est le 2 mars dernier que le Roi Albert II chargeait le président du parti démocrate-chrétien flamand Wouter Beke de tenter de débloquer l’impasse politique et de préparer la conclusion d’un accord sur une réforme de l’Etat, pour mener ensuite à la formation d’un nouveau gouvernement fédéral.

Pour Beke, il s’agissait avant tout de forcer un rapprochement entre les deux grands vainqueurs du scrutin du 13 juin - Bart De Wever de la N-VA et Elio Di Rupo du PS -, et d’essayer de les faire parvenir à un compromis en vue d’une réforme de l’Etat. Jusqu’à présent, le président du CD&V s’est donc avant tout entretenu avec les présidents de la N-VA et du PS (photo), à trois autour d’une table. Sans pour autant parvenir encore à un succès tangible.

Mardi, Wouter Beke a informé les présidents des autres partis politiques négociateurs sur la progression de ses entretiens. Ce jeudi, le négociateur se rendait à nouveau chez le Roi, pour lui faire un troisième rapport intermédiaire sur sa mission. Une nouvelle réunion est prévue avec De Wever et Di Rupo ce vendredi.

Wouter Beke a déjà laissé entendre qu’il souhaitait encore négocier pendant une dizaine de jours. Il devrait dresser le bilan de sa mission pour la fin des vacances de Pâques, indique l’agence de presse Belga. Mais après 305 jours de négociations entre partis, le pessimisme règne dans les milieux politiques quant au succès de la mission reprise par Wouter Beke.